NOUVELLES

Trump met en doute l'impartialité du procureur enquêtant sur l'affaire russe

23/06/2017 01:40 EDT | Actualisé 23/06/2017 01:40 EDT

Donald Trump a mis en doute l'impartialité du procureur spécial chargé d'enquêter sur une éventuelle collusion entre des proches du président américain et le Kremlin pendant la campagne électorale de 2016, dans un entretien diffusé vendredi.

Ancien patron respecté du FBI sous les présidents républicain George W. Bush et démocrate Barack Obama, Robert Mueller a été nommé mi-mai pour prendre les rênes de l'enquête sur la campagne d'influence présumée de la Russie pendant l'élection américaine, peu après le limogeage brutal de l'ancien chef du FBI James Comey sur ordre de Donald Trump.

À une journaliste de Fox News qui lui demandait si Robert Mueller devrait abandonner l'enquête à cause de ses liens présumés avec l'ex-chef du FBI et des sympathisants démocrates, Donald Trump a répondu: "C'est un très, très bon ami de Comey, ce qui est très gênant".

"Je peux dire que les gens qui ont été embauchés" pour travailler dans l'équipe de M. Mueller "sont tous des partisans de Hillary Clinton", a-t-il poursuivi. Selon des médias américains, certains membres de l'équipe ont fait des donations à des candidats démocrates.

"Mais Robert Mueller est un homme honorable et j'espère qu'il trouvera une solution honorable", a conclu Donald Trump dans l'entretien enregistré jeudi.

Nommé par le ministère de la Justice, Robert Mueller dispose d'une plus grande indépendance qu'un procureur normal ou que le patron du FBI, un procureur spécial ne pouvant notamment être remercié que pour faute grave.

Son large périmètre d'investigations inclut "tout lien et/ou coordination entre le gouvernement russe et des individus associés à la campagne du président Donald Trump", mais aussi "tout sujet" découlant de ces investigations.

Donald Trump avait donné crédit mi-juin, à travers un tweet ambigu, aux révélations de plusieurs médias avançant que Robert Mueller enquêtait désormais également sur une possible entrave à la justice de la part du chef de l'exécutif américain dans cette affaire russe.

Trump suggère qu'il voulait forcer Comey à être honnête

Le président Donald Trump a laissé entendre vendredi qu'il voulait forcer l'ancien directeur du FBI à être honnête lorsqu'il a rédigé son message sur Twitter selon lequel il existerait peut-être des enregistrements audio de leurs conversations privées.

M. Trump a mis fin à un long mystère, jeudi, en écrivant sur Twitter qu'il n'avait pas enregistré ses échanges avec l'ancien chef du FBI, James Comey.

Dans une entrevue diffusée sur le réseau Fox News, vendredi, le président a affirmé que la version de M. Comey avait "peut-être" changé après qu'il eut été informé de la possible présence d'enregistrements audio.

Le président est toutefois resté évasif sur ce qui aurait pu changer dans les propos de M. Comey.

Lorsqu'un journaliste a demandé au président s'il avait propagé de telles allégations pour que James Comey reste honnête, M. Trump a répondu que "ce n'était pas stupide", ajoutant que l'ancien dirigeant "lui avait donné raison".

Donald Trump avait soulevé la possibilité qu'il existe des enregistrements en mai, seulement quelques jours après qu'il eut congédié M. Comey, qui pilotait alors une enquête sur les liens présumés entre l'équipe Trump et les représentants russes.

M. Trump a nié la version de M. Comey selon laquelle il aurait exigé la loyauté de l'ancien chef du FBI lors d'un souper en janvier.

"(Comey) doit espérer qu'il n'y a pas d'enregistrements de nos conversations avant qu'il ne commence à faire des fuites dans les médias!", avait-il écrit sur Twitter.

Ce message a eu plusieurs conséquences. M. Comey a suggéré que ces propos l'avaient incité à demander à un de ses proches de dévoiler des informations dommageables pour le président au New York Times, ce qui l'a forcé à nommer un procureur spécial pour enquêter sur l'ingérence de la Russie lors de l'élection présidentielle.

LIRE AUSSI:

» Trump assure ne pas avoir d'enregistrements de ses échanges avec Comey

» Trump s'en prend à son ministère de la Justice

» Trump a-t-il entravé la justice? Le procureur enquête, Trump s'insurge


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les produits dérivés anti-Trump et pro-Trump