NOUVELLES

Incendie à Londres: le feu pourrait avoir pris naissance dans un réfrigérateur

23/06/2017 09:22 EDT | Actualisé 23/06/2017 10:43 EDT

Alors que les causes de l'immense incendie dans une tour à logements de Londres commençaient à se préciser, vendredi, la police de la métropole britannique a dit qu'elle envisageait de déposer des accusations d'homicide involontaire relativement à ce drame qui a fait au moins 79 victimes.

Une responsable de la police londonienne, Fiona McCormack, a affirmé que les autorités "considéraient toutes les infractions liées à la santé et la sécurité" et examinaient "toutes les entreprises impliquées dans la construction et la rénovation de la tour Grenfell".

Les enquêteurs britanniques croient que l'incendie pourrait avoir pris naissance dans le congélateur d'un réfrigérateur, qui ne faisait pourtant pas l'objet d'un rappel.

De plus, l'isolation et le revêtement retrouvés sur l'immeuble de 24 étages qui a été en proie aux flammes, le 14 juin, ont échoué à tous les tests de sécurité en matière d'incendie, selon Mme McCormack.

Le gouvernement britannique a ordonné que le modèle de réfrigérateur en question soit examiné.

L'entreprise à l'origine de ce modèle de réfrigérateur, Hotpoint, a assuré qu'elle collaborait avec les autorités pour évaluer l'appareil

"Les mots ne peuvent pas exprimer notre douleur face à cette terrible tragédie", a ajouté l'entreprise, dont le géant Whirlpool est propriétaire.

L'incendie a rapidement ravagé la tour Grenfell en pleine nuit et les flammes s'élançaient jusqu'à l'extérieur du bâtiment, ce qui a suscité des questions sur le revêtement et l'isolation.

La police passe en revue toutes les facettes de ces composantes de la tour, a dit Mme McCormack.

"Les tests préliminaires montrent que les échantillons d'isolants prélevés de la tour Grenfell ont brûlé tôt après que les tests eurent été initiés."

D'autres édifices examinés

Les autorités britanniques reconnaissent les risques encourus pas des milliers d'autres personnes à travers le Royaume-Uni qui vivent dans des immeubles à logements semblables à la tour Grenfell.

Le gouvernement a appelé tous les propriétaires de bâtiments - publics et privés - à soumettre des échantillons de leurs matériaux de revêtement afin que des tests puissent être menés sur ceux-ci.

Jusqu'à maintenant, les échantillons de 11 immeubles de Londres, de Manchester et de Plymmouth se sont avérés combustibles.

Les inquiétudes relatives à ce type de matériaux concernent aussi les complexes hôteliers. Au moins une chaîne hôtelière, Premier Inn, a demandé à des experts de s'assurer que ses installations respectent les réglementations.

Mme McCormack a en outre réitéré ses appels au public en demandant à quiconque détenant des informations sur l'incendie et sur les personnes qui se trouvaient dans le bâtiment au moment du drame de communiquer avec la police afin que toutes les victimes puissent être trouvées et identifiées.

Afin de s'assurer que tous les individus pouvant détenir de l'information se manifestent, le maire de Londres, Sadiq Khan, s'est engagé à chercher à offrir l'amnistie à ceux qui pourraient avoir vécu de façon illégale dans la tour Grenfell. La première ministre Theresa May a par ailleurs affirmé que son gouvernement ne pénaliserait pas les survivants de l'incendie qui sont au pays illégalement.

LIRE AUSSI :

» Incendie de la tour Grenfell: au moins 79 morts

» La gestion de l'immeuble pointée du doigt


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Incendie d'un HLM à Londres