BIEN-ÊTRE

Comment Alerte à Malibu a modelé le corps des femmes

22/06/2017 09:10 EDT | Actualisé 22/06/2017 09:40 EDT
Ho New / Reuters
-FILE PHOTO 1995- Actress Pamela Anderson is shown in a 1995 publicity photo for her syndicated television series "Baywatch." Anderson and musician husband Tommy Lee are expecting their first child in February

Dans leurs beaux maillots de bain rouges, CJ et ses copines courent au ralenti. Leur poitrine bouge juste ce qu'il faut. Les spectateurs retiennent leur souffle devant tant de perfection.

Alerte à Malibu a passionné les téléspectateurs des années 90. Elle est de retour sur les écrans de cinéma depuis la fin mai. Cette série diffusée à la télévision américaine entre 1989 et 2001 a montré un corps féminin aussi inaccessible qu'attractif: pulpeux, athlétique, svelte, lisse et bronzé. Une aubaine pour la chirurgie esthétique.

"Nous sommes bénis avec Alerte à Malibu, témoignait en 2001 un chirurgien plastique américain, Leonard Grossman. C'est la plus réjouissante forme de publicité. C'est comme une pub pour la chirurgie plastique d'une heure." En 1992 et 1999, la pose de prothèses mammaires a augmenté de 500% aux États-Unis selon la Société américaine de Chirurgie plastique et esthétique.

Une série phénomène mondial

La vedette de la série, Pamela Anderson, n'a jamais caché qu'elle avait elle-même eu recours à une augmentation mammaire. C'est après avoir côtoyé les modèles du magazine Playboy que la jeune canadienne a sauté le pas. "En deux semaines, je l'avais fait", raconte-t-elle au Guardian. "Mais je ne crois pas que j'en avais vraiment besoin", précise-t-elle aussitôt.

L'engouement créé par la série ne s'est pas limité au seul public américain. La série a été diffusée dans 148 pays et traduit dans 44 langues. Au plus fort, elle était suivie par 1,1 milliard de téléspectateurs dans le monde.

"Avant Alerte à Malibu, en France, la prothèse mammaire moyenne mesurait entre 220 et 230 cm³, les femmes espéraient atteindre un 90B ou C. Après, les demandes concernaient plutôt des prothèses de 320 à 340cm³", témoigne le chirurgien plastique français Bertrand Mattéoli auprès de nos collègues du HuffPost France.

Le chirurgien, qui a aussi travaillé au Brésil avant le succès de la série, se rappelle également que la mode n'était pas du tout aux fortes poitrines. "Les femmes voulaient avoir de petits seins, se rappelle-t-il. C'était inconcevable il y a 25 ans, dans ce pays, de vouloir une grosse poitrine."

L'heure de la sobriété

Si la série a popularisé les implants mammaires, elle est aussi devenue une caricature. La silhouette jugée parfaite de Pamela Anderson est devenue au fil des saisons "un point de référence", assurait le chirurgien californien Mark Berman interrogé sur ABC. "Certaines personnes voulaient lui ressembler trait pour trait. D'autres voulaient s'assurer qu'elles n'auraient pas cette apparence artificielle après une opération".

Seize ans après la fin de la série, l'heure est à la sobriété. Une autre vedette de la série, Nicole Eggert, en 2015, a décidé de subir une réduction mammaire, fatiguée des prothèses mammaires qu'elle s'était fait poser pendant le tournage de la série. Pamela Anderson assure de son côté ne plus avoir subi d'opération de chirurgie esthétique depuis la fin d'Alerte à Malibu. Ses derniers tapis rouges montrent qu'elle s'est considérablement éloignée de l'époque maillot rouge, dans ses tenues comme dans sa façon de se maquiller.

Une mode en chasse une autre. En 2017, les maillots de bain rouges sont toujours là, ils ont une option fermeture éclair en plus. Preuve que la donne commence à changer pour les femmes, la célèbre mannequin grande taille, Ashley Graham a même participé à une séance photo dans le célèbre maillot de bain. Mais c'est la musculature impressionnante des deux principaux acteurs, Dwayne Johnson et Zac Efron, qui se remarque et qui pourrait bien créer des complexes. Ce dernier, ex star de Disney, a suivi un programme et un régime draconien pour arriver à conserver ces impressionnants abdominaux.

Même si les mannequins et actrices recrutées pour la nouvelle version d'Alerte à Malibu ont fait du bruit, ce n'est rien à côté d'une autre vedette qui pousse désormais certaines femmes à passer sous le bistouri. "En ce moment, assure Bertrand Matteoli, c'est une génération Kim Kardashian dans les cabinets de chirurgie esthétique. Ce sont des clientes qui veulent être le plus sexy possible, elles veulent de gros seins, des 95E voire F et de grosses fesses." Autre époque, autre modèle.

VOIR AUSSI :

Alerte à Malibu, 25 ans après