BIEN-ÊTRE

Le vélo améliorerait le rendement et réduirait le stress au travail

21/06/2017 01:18 EDT | Actualisé 21/06/2017 01:18 EDT

Le vélo peut contribuer à réduire le stress et améliorer le rendement au travail, selon une nouvelle étude de l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia.

Les chercheurs ont voulu savoir dans quelle mesure différents modes de déplacement domicile-travail — en l’occurrence, enfourcher un vélo, conduire une voiture ou utiliser les transports publics — influent sur le stress et l’humeur au travail.

Les employés qui s’étaient rendus au travail en vélo ont montré des niveaux de stress nettement moindres au cours des 45 premières minutes de leur journée de travail que ceux qui avaient pris leur voiture, a dit le chercheur principal Stéphane Brutus.

Des travaux récents ont montré que le degré de stress et la qualité de l’humeur en début de matinée permettent de bien prévoir l’effet de ces facteurs plus tard dans la journée, a dit M. Brutus. Ils peuvent façonner la manière dont sera perçue et interprétée une suite d’événements quotidiens, et comment on y réagira.

L’étude n’a toutefois pas révélé de différence en ce qui a trait à l’effet sur l’humeur.

L’équipe de recherche a recueilli des données auprès de 123 employés d’une entreprise du Vieux-Montréal spécialisée dans les technologies de l’information au moyen d’un sondage en ligne. Les participants ont répondu à des questions concernant leur humeur, le stress perçu à l’occasion des déplacements domicile-travail et les modes de transport qu’ils privilégient.

Les chercheurs n’ont tenu compte que des réponses des participants qui avaient rempli le questionnaire dans les 45 minutes suivant leur arrivée au travail. Ils voulaient en effet obtenir une évaluation «à chaud» du stress et de l’humeur des employés.

L’équipe de chercheurs a du même coup corroboré les résultats de travaux antérieurs au cours desquels on avait constaté que les cyclistes percevaient leurs déplacements domicile-travail comme étant moins stressants, comparativement aux travailleurs automobilistes.

M. Brutus fait remarquer qu’en 2011, six pour cent des Canadiennes et des Canadiens enfourchaient leur vélo pour se rendre au travail, et ce nombre n’a cessé de croître depuis. Le Canada accuse toutefois un retard à ce chapitre par rapport à nombre de pays européens.

Le compte rendu de la recherche a été publié dans la revue International Journal of Workplace Health Management.

INOLTRE SU HUFFPOST

5 bonnes raisons d'opter pour le vélo