NOUVELLES

Travis Kalanick, le patron sulfureux d'Uber, quitte pour de bon

21/06/2017 05:20 EDT | Actualisé 21/06/2017 05:22 EDT

Fin de course pour Travis Kalanick: l'emblématique et controversé PDG d'Uber a définitivement quitté la tête du groupe américain, sa position apparaissant intenable dans un contexte de nombreuses polémiques.

Un porte-parole d'Uber a confirmé à l'AFP la démission de M. Kalanick, initialement annoncée par le New York Times, selon lequel le PDG a cédé sous la pression de gros investisseurs.

"J'aime Uber plus que tout au monde et, dans cette période difficile de ma vie personnelle, j'ai accepté la demande des investisseurs de me retirer pour qu'Uber recommence à se développer plutôt que d'être parasité" par les difficultés, a déclaré M. Kalanick dans un communiqué.

Âgé de 40 ans, M. Kalanick, qui a fondé en 2009 le service de location de voitures avec chauffeur puis a accompagné son succès fulgurant, avait dit la semaine dernière qu'il se retirait de ses fonctions, mais ce départ n'était alors censé qu'être provisoire et lié à des raisons personnelles.

"Travis a toujours fait passer Uber avant le reste", a réagi le conseil d'administration du groupe dans un communiqué séparé. "C'est une décision courageuse, qui témoigne de son dévouement et de son amour pour Uber."

Il a précisé que M. Kalanick continuerait à siéger au sein du conseil d'administration d'Uber.

LIRE AUSSI:

» L'industrie du taxi quitte le comité sur... la modernisation du taxi!

» La blague sexiste de ce dirigeant d'Uber lui a coûté son poste

» Le patron d'Uber prend un congé sabbatique

Le groupe fait face à des renvois et démissions en série depuis plusieurs mois sur fond d'accusations de harcèlement ou de sexisme, ainsi que de soupçons de vols de technologie dans le cadre de poursuites par une filiale de Google, Waymo, spécialisée dans les voitures autonomes.

M. Kalanick, comme son bras droit Emil Michael, est accusé d'avoir personnellement encouragé des pratiques déplacées et brutales dans l'entreprise.

Difficultés financières

Tandis que M. Michael avait démissionné la semaine dernière, M. Kalanick avait semblé réussi à sauver les meubles, gardant officiellement la tête du groupe même si sa position apparaissait très fragile.

Dans les faits, le PDG avait déjà été mis à l'écart, ce qu'il a lié à des raisons personnelles dont le décès accidentel de sa mère. Mais la décision semblait surtout suivre les recommandations d'un cabinet d'avocats chargé par Uber d'enquêter sur sa réputation sulfureuse.

Le cabinet, mandaté à la suite de la démission d'une ingénieure affirmant avoir été victime de harcèlement sexuel, avait incité Uber à "revoir" les responsabilités de son patron.

Les choses en sont restées là pendant une semaine mais, selon le New York Times, cinq grands investisseurs d'Uber se sont associés mardi pour réclamer la démission définitive de M. Kalanick.

D'après le quotidien américain, ces investisseurs, qui auraient réclamé un changement profond de direction dans un courrier intitulé "faire avancer Uber", comprennent notamment Benchmark, un influent fonds spécialisé dans les technologie, qui détient un siège au conseil d'administration d'Uber.

Elément susceptible d'attiser l'impatience des investisseurs, Uber tarde à devenir rentable. Les comptes du groupe, dont certains éléments ont été communiqués à la presse fin mai, font apparaître une perte de 708 millions de dollars pour les trois premiers mois de l'année, après un "trou" de 2,8 milliards de dollars l'an dernier.

Quand bien même la valorisation du groupe est estimée à plus de 70 milliards de dollars, sur la base de sa capacité de levée de fonds auprès des investisseurs, ces chiffres font craindre qu'Uber se révèle une bulle.

Aux côtés des problèmes de gouvernance, ils ont considérablement refroidi les spéculations autour d'une entrée en Bourse, alors qu'Uber était considéré début 2017 comme l'une des probables introductions majeures de l'année à Wall Street.

Le groupe, qui a incarné pendant des années le bouleversement déclenché par l'arrivée des services de conducteurs face aux taxis, fait aussi maintenant face à une concurrence accrue, notamment du groupe Lyft qui ne manque pas de profiter des déboires d'Uber pour développer une image d'entreprise modèle.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation de taxis contre Uber (9 février 2016)