BIEN-ÊTRE
13/06/2017 11:25 EDT | Actualisé 13/06/2017 11:25 EDT

Une directrice d'école offre 100$ aux élèves capables de décrocher de leur cellulaire

Getty Images

Pour les étudiants au secondaire, les vacances d'été approchent, et avec elles, la ruée sur les téléphones portables. La directrice d'une école américaine a trouvé une solution pour lutter contre la consommation frénétique de films, séries télévisées, jeux vidéo et autres réseaux sociaux pendant les congés estivaux.

Diana Smith, directrice de la Washington Latin Public Charter School, a promis de donner 100$ US de sa propre proche à chacun de ses élèves qui réussirait à se passer des écrans tous les mardis. Le défi commence le 13 juin et se terminera à la dernière semaine du mois d'août.

"Je n'aime pas quand les professeurs achètent leurs étudiants, donc je vais contourner mes propres règles, a-t-elle avoué lors d'une interview au Washington Post. Mais je pense qu'ils ont besoin d'aide pour rompre ce lien particulier" avec les nouvelles technologies.

L'enseignante, qui travaille dans cet établissement de la capitale américaine depuis 2008, est préoccupée par la dépendance des adolescents à leur téléphone. Ils perdent du temps de sommeil puisqu'ils envoient des textos en plein milieu de la nuit, et les réseaux sociaux n'arrangent rien à l'épreuve que peut constituer la vie d’étudiant au secondaire.

L'été, ce problème difficile à résoudre

Jeudi 8 juin, à l'occasion de la dernière réunion prévacances, Diana Smith a donc annoncé le défi aux élèves concernés (en classe de 3e et 4e) et à leurs parents. Ces derniers ont applaudi l'initiative, tandis que leurs enfants ont un peu râlé.

Pour remporter la somme promise, ils vont devoir se priver complètement de leurs téléphones, ordinateurs, tablettes, consoles de jeux vidéo et télévisions pendant 11 jours sur les trois mois à venir. À la fin de la durée délimitée, deux adultes d'au moins 21 ans devront envoyer une lettre à la principale pour certifier que le collégien n'a pas touché à un seul objet technologique chaque mardi.

L'été pose toujours problème aux éducateurs, qui craignent que le niveau scolaire des jeunes s'effondre à cause du manque d'activités stimulantes comme la lecture, l'écriture et la résolution de problèmes mathématiques.

Diana Smith, elle, s'inquiète plutôt en les imaginant scotchés à leur écran au lieu de profiter de ce temps libre pour "jouer au basket avec leurs amis ou visiter des musées". À tel point qu'elle a commencé à mettre un peu d'argent de côté dans une cagnotte.

Pour l'instant, elle a réservé 600 dollars à destination de ceux et celles qui parviendront à relever le défi. Elle a un peu plus de deux mois pour économiser davantage d'argent à cet effet: sur les 180 élèves inscrits en 4e et en 3e dans son école, elle estime que 50 étudiants pourraient relever le pari.

VOIR AUSSI :

Téléphones intelligents et relations humaines