DIVERTISSEMENT

«L'histoire, par ailleurs» expo du CCA où les jeunes architectes cogitent

30/05/2017 07:11 EDT | Actualisé 30/05/2017 07:28 EDT
Ismaël Houdassine

Sans cesse dans le souci d’enrichir les discussions entres les nouvelles générations architectes d’origines diverses, le Centre canadien d’architecture (CCA) propose ces jours-ci l’exposition L’histoire, par ailleurs qui réunit les expertises et l’imaginaire de deux agences internationales bien établies dans le milieu: la nippone Go Hasegawa and Associates et la bruxelloise OFFICE.

Sous la supervision de la conservatrice en chef au CCA, Giovanna Borasi, l’expo aborde le rôle joué par l’histoire dans la pratique contemporaine. La conviction que l’étude des idées en architecture nécessite de recourir au passé et au présent comme outils pour imaginer l’avenir a donc poussé le Japonais Go Hasegawa et les Belges Kersten Geers et David Van Severen de construire toute une réflexion intemporelle autour de leur métier.

cca

À travers sept salles thématiques, les architectes invités relisent, redessinent, transposent et s’approprient le passé et leurs visions respectives pour pouvoir bâtir des relations et extraire des significations à partir d’une constellation de références qui vont d’Andrea Palladio à Jone Hejduk en passant par Aldo Rossi et Kazunari Sakamoto.

L’ensemble révèle une attitude très différente envers la recherche classique, plus directement liée à la quête esthétique des architectes qui se sont parfois approprié le travail d’un autre faisant surgir les similitudes ou les différences. Ainsi les visiteurs peuvent faire l’expérience de la conversation qui s’est déroulée entre les architectes, constituée à la fois de projets bien établis et d’œuvres exploratoires.

Exposition L’histoire, par ailleur: Go Hasegawa, Kersten Geers, David Van Severen – Centre canadien d’architecture – jusqu’au 15 octobre 2017 – www.cca.qc.ca/fr/

LIRE AUSSI:

» «Et si on parlait de bonheur sur le chantier?», une nouvelle expo du CCA

» Montréal aura la plus haute grande roue au Canada


INOLTRE SU HUFFPOST

  • Le "Chanel Mobile Art", un musée itinérant
    REUTERS/Victor Fraile
    En 2008, Zaha Hadid inaugure le "Chanel Mobile Art" à Hong Kong, un pavillon d'exposition d'art contemporain destiné à voyager à travers le monde. Depuis 2011, il est installé de façon permanente sur le parvis de l'Institut du monde arabe à Paris.
  • La tour CMA-CGM de Marseille
    GERARD JULIEN / AFP
    En France, Zaha Hadid avait conçu la tour abritant le siège social du 3e groupe de transport maritime mondial, CMA-CGM. Située dans le quartier Euroméditerranée, la tour est haute de 145 mètres.
  • Le Riverside Museum de Glasgow
    Wikimedia Commons
    En juin 2011, l'architecte inaugure un musée des transports à Glasgow, en Écosse. Ce musée de 10.000 m² a reçu en 2013 le Prix du musée européen de l'année, décerné par le Forum Européen du Musée.
  • L'opéra de Canton
    Wikimedia Commons
    En 2010, elle inaugure l'opéra de Canton, dans le sud de la Chine. Le bâtiment est vaste de 70.000 m². L'architecte a également conçu l'opéra de Cardiff, au Pays de Galles.
  • Le Galaxy Soho de Pékin
    REUTERS/Jason Lee
    Le Galaxy Soho de Pékin ouvre ses portes en 2012. Zaha Hadid a créé un espace de 330.000 m² de bureaux, de commerces et de divertissements.
  • Une piscine olympique pour les JO de 2012
    Nuwan via Getty Images
    Zaha Hadid est aussi la créatrice de la piscine des Jeux olympiques de Londres en 2012, le London Aquatics Centre.
  • Le tremplin de Bergisel en Autriche
    Alexandru Magurean via Getty Images
    À Innsbruck, en Autriche, Zaha Hadid a conçu le tremplin de saut ski de Bergisel. L'architecte l'a décrit comme un "hybride organique", une structure faisant à la fois office de tour et de pont.
  • Le Dongdaemun Design Plaza de Séoul
    Wikimedia Commons
    Abritant des salles d'expositions, des amphithéâtres ou des boutiques, le Dongdaemun Design Plaza de Séoul a fêté son ouverture en 2014.
  • Des bateaux ultra futuristes
    YACHTS.RU / Youtube
  • Un stade olympique pour les Jeux de Tokyo en 2020
    REUTERS/Kyodo
    Zaha Hadid devait superviser la construction du stade olympique (ici représenté en modèle miniature) pour les Jeux de Tokyo en 2020. Son projet, jugé trop onéreux, a finalement été abandonné.
  • Le Grand Théâtre de Rabat