DIVERTISSEMENT

Les auditions d'Occupation double comme si vous y étiez (PHOTOS)

27/05/2017 08:01 EDT | Actualisé 27/05/2017 08:51 EDT
Groupe V Média

Les premiers jeunes hommes et jeunes femmes désireux de participer à Occupation double faisaient le pied de grue au Casino de Montréal dès 6h, samedi matin. Impossible de rater les grandes bannières à l’effigie de l’émission, visibles sitôt le pied posé dans l’établissement, à travers les bruyantes et lumineuses machines à sous.

Accueillis sur place par les équipes de V et de Productions J, les célibataires en quête de l’âme sœur, de folles aventures, de moments inoubliables à Bali et, pourquoi pas, de célébrité, avaient aussi la chance de frayer avec d’anciens candidats de la populaire téléréalité (dont les célébrissimes Judith et Jimmy, de l’édition 2010) et de serrer la pince à l’animateur Jay Du Temple, dont la cote de popularité ne cesse de grimper en flèche depuis que son visage est officiellement associé à Occupation double.

Un numéro d’inscription accroché au chandail, les aspirant(e)s – pour la plupart pas désagréables à regarder, il va sans dire -  devaient d’abord remplir un formulaire de renseignements usuels. Après quelques minutes d’attente, ils étaient escortés un étage plus bas où, dans la salle d’auditions, la productrice au contenu Valérie Dalpé, le réalisateur Alain Lavoie et la réalisatrice Jil Niquet-Joyal allaient les bombarder de sympathiques questions.

En milieu d’avant-midi, un roulement continu de futurs participants s’opérait dans le petit coin du casino réservé aux troupes d’Occupation double Bali. Entre autres constats, on a remarqué que les filles avaient répondu à l’appel en beaucoup plus grand nombre que les garçons. Messieurs, soyez au garde-à-vous lors des prochaines journées d’auditions, sinon la compétition ne sera pas du tout équitable!

Les auditions d'Occupation Double


Habitués

Plusieurs des braves personnes assises dans l’aire d’attente étaient présentement aux études, et certains n’en étaient pas à leur première expérience du genre, comme Pierre Charbonneau, de Longueuil, vu (sous toutes ses coutures!) à Célibataires et nus l’automne dernier. (Lisez notre entrevue avec lui ici!)

Un coup d’œil à la page Facebook de ce conseiller en alimentation permet d’apprendre qu’il travaille aussi pour le Beachclub de Pointe-Calumet. Avec, derrière lui, une participation à Célibataires et nus, à MusiquePlus, cette affiliation au Beachclub qui, jusqu’à tout récemment, faisait affaire avec Groupe V Média - entre autres pour la diffusion de son docu-réalité Beachclub, aussi à MusiquePlus -, et ce désir de prendre part à Occupation double, doit-on déduire que le Groupe V Média «récupère» ses têtes d’affiche d’un jour d’un concept à l’autre et les pousse à se présenter à répétition à ses différents rendez-vous d’un même genre?

Guylaine O’Farrell, porte-parole de Groupe V Média, a assuré au HuffPost Québec que le recrutement des joueurs d’Occupation double s’effectue en toute indépendance, et que la boîte n’intervient d’aucune façon dans le va-et-vient qui fourmille à cette étape de la sélection, ni ne suggère ou n’impose des candidats.

Gentils juges

Dans le local où sont installés les juges Valérie Dalpé, Alain Lavoie et Jil Niquet-Joyal, une caméra se dresse face à la toile devant laquelle les prétendant(e)s doivent se poster, debout, pour répondre aux questions des juges assis quelques mètres devant eux. Après avoir énoncé leur nom à la lentille, le plaisir peut commencer pour les «occupants doubles» de demain.

L’audition d’Occupation double telle que proposée n’a rien de bien méchant et se décline sous la forme d’une courte entrevue. Les trois mousquetaires chargés de jauger les prétendant(e)s sont gentils et courtois et ne cherchent pas à coincer leurs jeunes interlocuteurs ou à les mettre en boîte, bien au contraire. L’entretien se déroulera au gré des réponses formulées.

«Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?» ; «Qu’est-ce qui te caractérise et te différencie des autres?» ; «Comment se manifeste ton côté givré?» ; «Es-tu émotive?» ; «As-tu peur d’avoir l’air faible et de pleurer devant les gens?» ;  «Si tu es amoureuse d’un gars et qu’une autre fille s’y intéresse aussi, comment réagiras-tu?» ;  «As-tu un côté croqueuse d’hommes»? «Un beau bonhomme comme toi, comment ça se fait que tu es célibataire?», ne sont que quelques exemples des questions qui peuvent être posées dans la chambre fermée, à travers les rires complices.

Lorsque le HuffPost Québec est passé sur les lieux, Élodie, 23 ans, de Saint-Basile-le-Grand, expliquait être célibataire depuis deux ans, après une relation qui a duré six ans. Elle qui graduera en août de sa formation en comptabilité juge que le timing serait idéal pour mettre le cap sur Bali. De toute façon, quoi qu’il arrive, elle s’offrira une année sabbatique à la fin de ses études pour voir un peu de pays. Élodie affirmera plusieurs fois être impulsive et avoir un «gros caractère», malgré sa petite taille. «Ça ne paraît pas, ce qui bouille à l’intérieur», crâne celle qui se proclame «très sociale».

«Tu as l’air toute sage, toute douce, comment ça se manifeste (ton fort tempérament, NDLR)?», cherchera à savoir l’une des évaluatrices.

«Ma patience a vraiment des limites. Si je trouve que quelqu’un n’est pas vraiment quotient intellectuel one, one, ça va sortir!», a balancé Élodie, du tac au tac, refusant au passage d’adhérer au cliché du «comptable avec des bas bruns».

Pour Mathieu, 24 ans, de Laval (dont vous pouvez prendre connaissance de la fiche plus bas), qui a grandi sans son père et qui a été élevé dans la mentalité de The Secret par sa mère, joindre les rangs d’Occupation double serait une façon d’avoir «foi en l’humanité». Un brin philosophe lorsqu’il détaille ne pas aimer les chicanes et les malentendus, il soutient être peu impressionné par les filles qui ont beaucoup de caractère. Cet ancien stagiaire de l’Union des artistes participe à plusieurs activités en tant que sosie de Jon Snow (Kit Harington), de Game of Thrones, à qui il ressemble en effet à s’y méprendre. S’il a du mal à rencontrer une demoiselle, c’est que celles-ci se font rares dans l’industrie de la construction. «Je déteste les bars», ajoutera par ailleurs Mathieu.

Le conseil de Jay

Selon Jay Du Temple, inutile de se casser la tête ou de tenter de relever un insurmontable défi pour émouvoir ou enflammer les décideurs d’Occupation double. La clé? Demeurer soi-même, recommande-t-il. Non, la production ne cherche pas à tout prix des gueulards ou des corps sculpturaux taillés au couteau, et non, on n’ambitionne pas de constituer un «casting» précis.

«On ne cherche pas des personnages, mais plutôt des personnalités, a indiqué l’humoriste. Des gens games, ouverts, de bonne humeur, qui ont envie de vivre cette aventure. On s’en va à Bali pendant 10 semaines, on s’en va quand même vivre quelque chose! Le plus payant, dans la vie, c’est toujours d’être soi-même, surtout pour un show comme OD. Si j’avais un conseil à leur donner, ce serait celui-là. Si, moi, j’avais à faire l’audition, j’arriverais en déconnant un peu.»

Or, Jay Du Temple ne se serait lui-même jamais soumis aux auditions d’Occupation double, assumant ne pas être assez courageux pour faire le test. Il admire néanmoins beaucoup ceux et celles qui sont passés par là.

«Je les trouve très hot. Tous les anciens participants que je rencontre, c’est du monde tellement le fun! C’est incroyable! Ce sont des gens que tu rencontres et, automatiquement, tu deviens ami avec eux», souligne celui qui dit croire de tout son cœur en l’amour ; après tout, ses parents, Nicole et Yvan, forment un couple depuis l’âge de 15 ans!

Les auditions d’Occupation double Bali se poursuivront ce dimanche, 28 mai, au Casino de Montréal, et y seront de retour les 17 et 18 juin. Elles se tiendront également à l’hôtel Hilton Québec les 3, 4, 10 et 11 juin. L’émission sera présentée à V cet automne. Lisez ou relisez notre dossier complet pour tout savoir

 

Seront-ils choisis?

 

Jade Routhier – 23 ans – Terrebonne – Étudiante en kinésiologie

Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?

«Occupation double, c’est le trip d’une vie! C’est vraiment une expérience incroyable. J’aimerais participer, c’est sûr, pour rencontrer des gens. Et je crois que c’est possible de tomber en amour ici, alors pourquoi pas? Les voyages, c’est quelque chose qui me touche, qui me fait tripper au boutte. C’est l’expérience en tant que telle qui m’intéresse. On ne sait jamais! Qui ne tente rien n’a rien.»

Tu es célibataire depuis combien de temps?

«J’ai toujours été célibataire. Je n’ai jamais été officiellement en couple. J’ai eu plusieurs fréquentations par-ci, par-là, des fréquentations sérieuses, mais ce n’était peut-être juste pas le bon moment. Quand ça devenait trop sérieux, je reculais. J’avais peut-être une carapace que je n’ai plus présentement. Maintenant, je suis prête!»

As-tu regardé les éditions précédentes d’Occupation double?

«Oui. C’est sûr que les toutes premières années, j’étais jeune un peu (rires), mais j’ai pas mal toujours suivi ça, comme Vol 920 ou The Bachelorette Canada. J’adore les téléréalités avec l’amour en jeu!»

 

Marie-Ève Dumont – 22 ans – Québec – Étudiante en commercialisation de la mode

Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?

«C’est vraiment pour l’expérience en général, et si ça me permet de rencontrer des gars en plus, et que ça donne quelque chose, tant mieux. C’est vraiment aussi pour prouver au monde de l’extérieur qu’on est capables de le faire. C’est peut-être par orgueil, aussi!»

Est-ce que le fait d’aller à Bali et de pouvoir voyager est un argument supplémentaire pour toi?

«Certainement. C’est une place que j’ai toujours rêvé de visiter, c’est une belle opportunité d’y aller, et probablement dans une belle maison. Je pense que ça pourrait être vraiment le fun

Tu es célibataire depuis combien de temps?

«Depuis octobre. Ma dernière relation n’avait pas duré longtemps, je me suis rapidement rendu compte que ça ne fonctionnait pas du tout.»

As-tu regardé les éditions précédentes d’Occupation double?

«Oui, et toutes les éditions sont maintenant sorties sur YouTube. Je vais pouvoir réécouter toutes les saisons. J’ai toujours suivi ça religieusement, avec mon père, chez nous.»

 

Rachel Montigny – 20 ans – Boucherville – Étudiante en psychologie

Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?

«Je suis une personne super curieuse dans la vie. Donc ça m’a attirée, surtout avec le nouveau concept et tout. Aussi, le fait que ça soit une aventure. Je suis quelqu’un en quête d’aventures, qui aimer chercher du nouveau, aller voir ailleurs, découvrir. Et je suis célibataire!»

Est-ce que le fait d’aller à Bali et de pouvoir voyager est un argument supplémentaire pour toi?

« J’aurais trippé sur n’importe quelle destination, parce que je suis une trippeuse de voyages, mais c’est sûr que Bali… J’ai plusieurs amis qui sont allés récemment, et de voir les photos, de voir que ça crée un engouement, ça donne encore plus le goût d’y aller.»

Tu es célibataire depuis combien de temps?

«Depuis pas très longtemps… Depuis la St-Valentin. (rires) Ce n’est pas comme ça que j’avais prévu ma St-Valentin, mais ce sont des choses qui arrivent. Ça fait donc environ quatre mois.»

As-tu regardé les éditions précédentes d’Occupation double?

«Les premiers, mes parents ne voulaient pas que j’écoute ça (rires) Mais les autres, après, oui.»

 

Éric Garon – 23 ans – Rimouski – Étudiant en vente et représentation

Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?

«Je suis quelqu’un de comique, tout le monde me poussait vraiment à essayer de le faire, et ça adonnait que, cette année, j’étais rendu célibataire. Je me suis dit : pourquoi je n’essaierais pas ! Donc, aujourd’hui, je suis aux auditions et je trippe vraiment. C’est vraiment cool

Est-ce que le fait d’aller à Bali et de pouvoir voyager est un argument supplémentaire pour toi?

«Bali est quand même un argument, sérieusement, mais même si c’avait été à Montréal ou ailleurs, j’aurais quand même voulu le faire. Ce n’est pas juste pour les voyages, c’est aussi le thrill de passer à la télévision. Pas seulement de vouloir me faire connaître, mais faire rire le Québec. Je veux vraiment faire ça pour montrer au Québec que je suis drôle, et faire mon clown un peu.»

Tu es célibataire depuis combien de temps?

«Ça fait sept mois. Ma relation précédente avait duré un an, presque jour pour jour.»

As-tu regardé les éditions précédentes d’Occupation double?

«J’en avais regardé un peu, mais pas beaucoup. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, et c’est ce que j’ai aimé aujourd’hui. Je suis arrivé un peu à l’aveugle, je faisais comme bon me semblait. Et je pense que c’a vraiment bien été.»

 

Mathieu Archambault – 24 ans – Laval – Menuisier-charpentier

Pourquoi veux-tu participer à Occupation double?

«Être ici, aujourd’hui, c’est une façon de repartir à zéro. Quand je regarde le bagage, le passé, c’est moins positif mais, quand je regarde vers l’avant, c’est toujours positif. J’ai eu des

circonstances qui m’ont permis de  pouvoir travailler avec le public, parce que je suis le sosie de Jon Snow, un des personnages de Game of Thrones ; j’ai entre autres joué son rôle au dernier Comiccon de Montréal. Donc, présentement, je trouve ça vraiment cool, parce que je peux parler énormément avec le public. Mais j’aimerais rejoindre encore plus de gens et pouvoir repartir à zéro.»

Est-ce que tu rêves, donc, de devenir une vedette?

«Je n’ai jamais voyagé, ma voiture est pour travailler sur les chantiers et elle est en train de rendre l’âme. Je ne cherche pas d’attention plus que ça, mais j’adore donner de l’amour au public sans rien attendre en retour. Alors, je trouve ça génial. Je fais ça par plaisir, je suis là avec mon cœur aujourd’hui, pas pour les prix ou pour la fille  à séduire. Je suis vraiment là pour chercher des nouvelles expériences.»

Tu es célibataire depuis combien de temps?

«Sur la construction, c’est très dur de rencontrer des filles. J’avais rencontré une fille au Comiccon. Mais c’était une fille qui n’était pas très ouverte sur la communication. Quand j’ai appris à la connaître, j’ai réalisé qu’elle était très jeune d’esprit, et ça n’a pas fonctionné. Avant ça, j’ai été trois ans et demi célibataire. Je ne cherche pas. Je ne crois pas aux hasards ; tout arrive pour une raison.»

Est-ce que le fait d’aller à Bali et de pouvoir voyager est un argument supplémentaire pour toi?

«En étant à Bali, c’est pas juste Bali, c’est l’ambiance. J’ai vu des photos : il est supposé y avoir des rizières… Ce n’est pas juste Occupation double, c’est de voir un autre aspect de ce monde.»

As-tu regardé les éditions précédentes d’Occupation double?

«Je n’ai jamais écouté Occupation double. Quand j’ai su que c’était Jay Du Temple l’animateur, avec Julie Snyder qui produit, c’a commencé à m’intéresser. En étant menuisier-charpentier, la maison (le prix à gagner, NDLR) m’intéresse plus ou moins, mais quand j’ai su que c’était à Tremblant, ça va me faire plaisir de gagner ce havre de paix! (sourire) Si je suis choisi, je m’en vais là pour gagner, c’est sûr!»

Voir aussi: