NOUVELLES

Syrie: les États-Unis ont bombardé des forces sans doute « dirigées par l'Iran », selon le Pentagone

19/05/2017 02:43 EDT | Actualisé 19/05/2017 03:10 EDT
SAUL LOEB via Getty Images
US Secretary of Defense Jim Mattis (C), Chairman of the Joint Chiefs of Staff Marine General Joseph Dunford (R) and Brett McGurk (L), Special Presidential Envoy for the Global Coalition to Counter ISIS, hold a press briefing at the Pentagon in Washington, DC, May 19, 2017. Pentagon chief Jim Mattis stressed Thursday that America is not getting more involved in Syria's civil war, after the US-led coalition struck a pro-regime convoy heading for a remote garrison. / AFP PHOTO / SAUL LOEB (Photo credit should read SAUL LOEB/AFP/Getty Images)

Les forces pro-régime syrien que les États-Unis ont bombardé jeudi en Syrie, provoquant les protestations de Moscou et de Damas, étaient sans doute "dirigées par l'Iran", a affirmé vendredi le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis.

Le bombardement américain a été provoqué par "un mouvement offensif, avec des capacités offensives, de ce que nous pensons être des forces dirigées par l'Iran", a indiqué Jim Mattis lors d'une conférence de presse au Pentagone.

Il s'agissait d'un geste "d'auto-défense", a justifié le responsable américain.

Le convoi bombardé s'approchait en effet de la ville d'Al-Tanaf, où des forces spéciales américaines et britanniques sont présentes pour former des rebelles syriens se battant contre le groupe État islamique.

Selon M. Mattis, "il semble que les Russes", autres alliés du régime syrien, "aient tenté de dissuader" le convoi bombardé de s'approcher d'Al-Tanaf, mais sans succès.

Selon lui, Al-Tanaf est en effet située dans une des zones qui font l'objet d'un accord entre coalition et Russie pour éviter tout incident entre leurs forces respectives.

La ville frontière, en plein désert dans le sud-est de la Syrie, est très importante pour tous les belligérants.

LIRE AUSSI:

» Trump appelle Lavrov à contenir le régime syrien et l'Iran

» La Russie, l'Iran et le Hezbollah s'unissent pour défendre le régime syrien


VOIR AUSSI:



Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter