NOUVELLES

Anthony Weiner reconnaît avoir envoyé des sextos à une adolescente

19/05/2017 03:57 EDT

Un politicien américain dont la carrière a été anéantie par des sextos envoyés à des étrangères a plaidé coupable, vendredi, aux accusations portées contre lui après ses échanges avec une adolescente de 15 ans.

Anthony Weiner pourrait maintenant écoper de plusieurs années de prison pour avoir transmis du contenu sexuel à un mineur. Il a promis de ne pas faire appel s'il est condamné entre 21 et 27 mois d'incarcération.

L'ancien représentant démocrate a fondu en larmes en cour, vendredi, au moment de présenter ses excuses à la jeune femme. Il a reconnu être malade et avoir besoin d'aide.

"Je sais que c'était moralement répréhensible et illégal", a déclaré, la voix brisée, Anthony Weiner, devant la juge fédérale de Manhattan Loretta Preska. "J'ai une maladie mais je n'ai pas d'excuse", a-t-il ajouté.

Weiner a été maintenu en détention après l'audience. Le juge l'a prévenu qu'il devra s'inscrire au registre des délinquants sexuels.

La police fédérale américaine, le FBI, a commencé à s'intéresser à lui en septembre quand l'adolescente a confié à un tabloïd en ligne, le Daily Mail, que Weiner et elle s'étaient échangé des messages osés pendant plusieurs mois. Elle l'a aussi accusé de lui avoir demandé de se dénuder à la caméra.

Les policiers du FBI ont saisi l'ordinateur portable de Weiner. Ils y ont alors trouvé des courriels que la candidate présidentielle Hillary Clinton avait envoyés à sa conseillère Huma Abedin, l'ex-femme de Weiner.

À la fin octobre, quelques jours avant l'élection présidentielle, l'ancien patron du FBI, James Comey, a ébranlé le pays en annonçant que son agence relançait son enquête sur l'utilisation d'un serveur de courriels privé par Mme Clinton. L'enquête a toutefois été de courte durée et M. Comey a fait savoir que Mme Clinton ne semblait avoir commis aucun crime.

La campagne Clinton croit quand même que cette affaire lui a coûté la victoire face à Donald Trump.

Weiner a représenté New York au Congrès des États-Unis entre 1999 et 2011. Il a démissionné quand on a appris qu'il avait envoyé des messages sexuels à plusieurs femmes. Il s'est présenté à la mairie de la mégalopole en 2013 et arrivait en tête de plusieurs sondages quand sa campagne a été torpillée par la révélation qu'il avait poursuivi ses agissements.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Les produits dérivés anti-Trump et pro-Trump