BIEN-ÊTRE

Elle pèse plus lourd que son copain et ça ne devrait pas être un problème (VIDÉO)

18/05/2017 12:10 EDT | Actualisé 18/05/2017 12:10 EDT

"Si tu pèses plus lourd que ton copain, alors tu es trop grosse". C'est avec cette phrase que Megan Jayne Crabbe, figure du mouvement "body positive" débute son post. Son texte, publié le 11 mai sur Instagram, s'accompagne d'une photo d'elle et de son petit-ami, tous deux en maillot de bain, et sur laquelle on voit qu'ils n'ont pas la même corpulence.

Dans ce post, qui a été aimé par plus de 77 655 personnes, la jeune femme souhaite démontrer l'absurdité de cette remarque.


"If you weigh more than your boyfriend, you're too fat". That's something I learned while we were still on the playground, back before any of us had even been near a boy. I don't know where it came from, TV, magazines, overheard conversations - but it was fact. Beautiful women were always light and graceful, the men strong and solid. So that the boyfriends could lift you up and swing you round, you his feather light princess. As I got older that image became one more reason I was convinced that my body made me unlovable. And it isn't an image that only hurts women, it hurts men who can't reach the strong, solid expectation, it hurts people who don't fit the gender binary, people who don't slot in the limited boxes our culture puts gender into. It hurts queer people who are only given heteronormative images to aspire to. It hurts us all, the idea that only certain bodies are deserving of love. But the truth? The truth is that every single one of us are worthy of love, whether our bodies are light, strong, soft, bigger or smaller than our partners. Whether we believe that we're worthy or not. We already are. That means you too. 💜💙💚🌈🌞 #bodypositivepower

A post shared by Megan Jayne Crabbe 🐼 (@bodyposipanda) on


"C'est quelque chose que j'ai appris quand nous étions encore à la cour de récréation, bien avant que l'une d'entre nous n'ai déjà été près d'un garçon. Je ne sais pas d'où cela vient, de la télévision, des magazines, de conversations, mais c'est un fait", commence par écrire Megan Jayne Crabbe. Pour elle, les femmes ont intégré qu'elles devaient être "minces" et "gracieuses" et les hommes, "forts" et "solides". Ce qui revient à dire qu'une femme ne peut pas être plus grosse qu'un homme.

Pour Megan Jayne Crabbe, cette image pousse les femmes à ne pas accepter leurs corps, mais pas seulement. "Elle blesse aussi les hommes qui ne peuvent pas atteindre la force et la solidité attendues", poursuit-elle. La jeune femme connaît bien les difficultés que peuvent rencontrer ces personnes. Elle a été anorexique il y a 10 ans. C'est pour cette raison qu'elle a rejoint la communauté "body positive".


It is possible to find beauty in the softness. It is possible to fall in love with a body that you never believed was worthy of love. It is possible to find peace after spending a lifetime waging war against your body. It is possible to recover. And if I can go from being the girl on the left, terrified, lost, completely consumed by anorexia, to the body positive, belly roll embracing woman I am today, then you can find peace too. 💜💙💚🌈🌞 P.s. I haven't posted a recovery picture in a while, because I NEVER want you to think that you have to look like the picture on the left to have an eating disorder. You don't. EATING DISORDERS COME IN ALL SHAPES AND SIZES. And every single one is worthy of recognition and treatment. Eating disorders are mental illnesses, not sizes. But today I realised that it's nearly 10 years since I was first diagnosed with anorexia. 10 years on, and I'm about to finish writing a book teaching other people how to make peace with their bodies. I didn't even think that I was going to make it out alive, let alone make it to where I am now. So this is to show that girl on the left how powerful she really is. This is to show her everything that she was capable of. This is to show her that she survived, and not only that, she thrived. I wish I could go back and show her that she had the power to do anything in the whole world all along. So this will have to do. And to everyone who's still fighting, this is to tell you that I believe in you. 💜 #bodypositivepower

A post shared by Megan Jayne Crabbe 🐼 (@bodyposipanda) on


Ce mouvement a été lancé en 1996 par deux Américaines, Connie Sobczak et Élisabeth Scott. L'objectif est de permettre aux personnes d'avoir une vision positive de leur corps même s'il ne correspond pas aux "critères" voulus par la société. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes, comme Megan Jayne Crabbe, partagent des photos de leurs corps et racontent leurs expériences.

"La vérité, c'est que chaque personne parmi nous est digne d'amour, peu importe que notre corps soit plus mince, fort, doux, gros ou petit que celui de notre partenaire. Peu importe que nous croyions que nous sommes dignes ou pas. Nous le sommes toujours.", conclut Megan Jayne Crabbe.

Elle n'est pas la seule à s'attaquer à ce type de stéréotypes. Récemment, un autre membre de la communauté "body positive" a partagé un message sur Instagram expliquant pourquoi il était ridicule de dire qu'une femme devait être moins forte que son petit-copain. "Toute ma vie, j'ai eu des rencarts avec des hommes plus minces que moi et quand j'étais jeune cela avait de l'effet sur moi. Je pensais que j'étais moins une fille, car j'avais des plus grosses cuisses que mon copain. Honnêtement, c'était une erreur", conclut la jeune femme.

LIRE AUSSI:

» Ashley Graham s'éclate à Montréal lors d'une séance photo pour Addition Elle (VIDÉO)

» Cinq boutiques de vêtements incontournables pour les grandes femmes)

À VOIR AUSSI

INOLTRE SU HUFFPOST

Les mannequins dits "taille plus" stars