POLITIQUE

Le PLQ nie avoir offert la circonscription de Robert Poëti à Yves Francoeur

02/05/2017 01:50 EDT | Actualisé 02/05/2017 04:40 EDT

Radio-Canada a appris que la circonscription de l'ex-ministre des Transports Robert Poëti a été offerte au président de la Fraternité des policiers de la Ville de Montréal, Yves Francoeur. La direction du Parti libéral «nie vigoureusement» l'information, mais le principal intéressé confirme avoir reçu une offre qu'il a rejetée «de façon forte et sans équivoque».

Selon TVA Nouvelles, Patrice Ryan est celui qui a offert la circonscription de Robert Poëti au président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur.

Selon nos informations, M. Francoeur aurait été approché au début de l'année 2017 pour vérifier s'il désirait faire le saut en politique et porter les couleurs du Parti libéral dans la circonscription de Marguerite-Bourgeoys, détenue par Robert Poëti.

Cette démarche date de plusieurs mois, donc bien avant la sortie médiatique d'Yves Francoeur où il déclarait que des enquêtes concernant deux députés libéraux auraient été bloquées.

«Y. Francoeur confirme l'info de RDI. Il ajoute avoir, sur-le-champ, de façon forte et sans équivoque, rejeté l'offre du PLQ», a réagi le syndicat des policiers de la métropole sur son compte Twitter.


«S’il y en a qui ont pensé qu’après le remaniement, je m’en irais, et que le comté serait libéré, ils se sont trompés», a déclaré Robert Poëti à sa sortie du caucus du parti, après avoir précisé qu'il a l'appui des électeurs de sa circonscription.

«Moi, dans l’adversité, c’est plate à dire, mais je ne faiblirai pas, c’est pas vrai» - Robert Poëti, député de Marguerite-Bourgeoys

L'information a cependant été catégoriquement démentie par Sylvain Langis et Gilbert Grimard, respectivement organisateur en chef et président du Parti libéral du Québec.

«C’est tout à fait faux. Ça ne vient pas du Parti libéral du Québec, ça ne vient d’aucune autorité au PLQ», a déclaré sans détour M. Langis. «M. Poeti est bien ancré dans son comté et le Parti libéral du Québec souhaite que M. Poëti soit candidat», a-t-il ajouté.

«Je le nie vigoureusement. Personne en autorité n’a été mandaté pour discuter avec M. Francoeur pour quelque circonscription que ce soit» - Sylvain Langis, organisateur en chef du Parti libéral du Québec

«Toutes les approches aux candidats sont faites en passant par moi. Il faut que j’en ai connaissance. Et le nombre de personnes qui peuvent approcher des candidats est très limité au sein du parti», a précisé M. Langis.

Selon lui, il est cependant « beaucoup trop tôt pour pouvoir poser des gestes comme ceux-là » étant donnée la prochaine échéance, prévue en octobre 2018.

Lorsqu'on lui a demandé si une telle approche pouvait avoir été faite de façon informelle, M. Langis a répondu : « Je l’ignore, on a des milliers de membres ».

Vendredi, le député de Chomedey, Guy Ouellette, a affirmé, lors d'une entrevue au 98,5 FM à Montréal, que certaines personnes tentaient de le pousser vers la retraite.

«Depuis trois semaines, ça fait deux fois qu'on me place à la retraite et que des non-élus voudraient peut-être donner mon comté à quelqu'un d'autre », a-t-il affirmé. Il a ajouté quelques minutes plus tard : « Il y a d'autres de mes collègues pour lesquels on aurait déjà offert leur comté à d'autres personnes».

«Ça je ne le sais pas, mais ça ne vient pas de chez nous », a réagi M. Langis à ce sujet. « Absolument rien au Parti libéral n’a été mis en place pour tasser qui que ce soit.»

«Tous les députés actuels, on espère qu’ils vont être au rendez-vous pour la prochaine élection de 2018», a renchéri Gilbert Grimard.

Avec les informations de Nicolas Vigneault

LIRE AUSSI :

» Le DPCP veut tenir une enquête à la suite des allégations d'Yves Francoeur

» La ministre Stéphanie Vallée attaque Yves Francoeur

» Une enquête criminelle sur deux députés du PLQ serait bloquée (VIDÉO)


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter