NOUVELLES

L'affiche de Marine Le Pen, parfaite illustration de sa stratégie de lissage du FN par la féminité

26/04/2017 03:07 EDT | Actualisé 26/04/2017 03:07 EDT

Marine Le Pen a dévoilé ce mercredi 26 avril son affiche de campagne pour le second tour de l'élection présidentielle, quelques minutes après Emmanuel Macron.

Si il n'est pas sans rappeler le choix fait par Nicolas Sarkozy pour sa photo officielle de président après sa victoire de 2007, ce cliché est également une parfaite illustration de la stratégie de communication politique du FN.

Nonchalamment assise dans une bibliothèque, sur un bureau, petite veste bleue et jupe noire laissant apparaître son genou et le haut de sa cuisse... rarement la féminité de Marine Le Pen n'a été aussi apparente.

On se rappelle bien sûr de sa robe de gala du Time en 2015 mais globalement, la candidate FN affiche toujours un style assez neutre, tant du point de vue du genre que de celui de l'extravagance. Mais elle n'hésite pas non plus à afficher des attributs plus féminins, à faire de son sexe un atout dans un monde encore très masculin. "En bonne communicante, Marine Le Pen sait que le physique compte. C'est une stratégie de femme moderne, propre à parler à l'électorat féminin", explique au HuffPost Maud Navarre, docteure en sociologie spécialiste des carrières politiques des femmes.

Que ce soit dans son apparence ou ses discours, la candidate FN a en effet toujours su mettre sa "féminité" en avant. "Je suis une femme... Je suis une mère... Je suis une avocate...", liste-t-elle dans son clip de campagne. Des facettes que Marine Le Pen est capable de reproduire à l'envi à travers sa garde-robe: "Une jupe et des bottes pour la femme, un tailleur incarnant la rigueur pour montrer qu'elle est une 'executive woman'", donne en exemple Samir Hammal, créateur du cours sur les habits du pouvoir à Sciences Po.

La jupe est d'ailleurs ici "un parti pris assumé" selon le staff cité par L'Express:

"Dédiabolisation" du FN de Jean-Marie Le Pen

En se posant en femme moderne, jeune, active, divorcée, mère de famille, Marine Le Pen a en quelque sorte lissé, "dédiabolisé" l'image du Front National de son père. "Il y a un sur-jeu de la féminité qui est probablement pour elle une manière de compenser l'image qu'elle a d'être la fille de son père et de lui ressembler physiquement, d'avoir la voix de son père", analyse pour Buzzfeed Frédérique Matonti, auteur de l'ouvrage "Le Genre présidentiel".

Autre détail notable dans cet effort de dédiabolisation -ce qui était déjà le cas de son affiche précédente- l'absence des codes frontistes et de son nom de famille. Une autre façon de "tuer le père" en quelque sorte.

Cette stratégie lui a notamment permis de récolter une partie du vote des femmes, historiquement réticentes à l'extrême-droite. En effet, depuis son arrivée à la présidence du parti, l'écart entre les femmes et les hommes qui votent pour la candidate frontiste se resserre. Valérie Igounet, historienne, a parcouru les villes FN pendant deux ans à la rencontre des électeurs. Interrogée sur ce qui a changé entre le FN de Jean-Marie Le Pen et celui de sa fille, elle n'a aucune hésitation: "La vraie nouveauté du FN de Marine Le Pen, c'est le vote des femmes".

Attitude de communicante

Mais tout cela n'est bel et bien qu'une stratégie de communication politique. Pour Maud Navarre, tout cela n'est effectivement qu'une "attitude de communicante". "L'idée de 'femme' est mise au service de l'extrême droite, du nationalisme, du patriotisme", souligne-t-elle.

"Marine Le Pen choisit un cadrage et un cadre "présidentiels" pour son affiche de campagne. Avec un verbe d'action - "choisir". Une affiche qui veut "présidentialiser" la candidate. Dont la féminité est assumée", confirme sur sa page Facebook, Philippe Moreau Chevrolet, expert en communication politique.

C'est frappant lorsqu'on regarde son clip de campagne: "Je suis une femme, et comme femme je ressens comme une violence extrême les restrictions des libertés qui se multiplient dans tout notre pays à travers le développement du fondamentalisme islamique", dit Marine Le Pen.

Dans son programme, Marine Le Pen ne parle des femmes qu'à une seule reprise, dans l'engagement n°9. Dans celui-ci, elle entend "défendre les droits des femmes" par trois actions: "lutter contre l'islamisme qui fait reculer leurs libertés fondamentales; mettre en place un plan national pour l'égalité salariale femme/homme et lutter contre la précarité professionnelle et sociale".

Ce rapprochement entre lutte féministe et danger de l'Islam est une déclinaison du thème cher au FN, les dangers de l'immigration. Il est logiquement ce sur quoi la candidate communique le plus. "Le voile est l'instrumentalisation de son idée de femme pour mieux servir son idéologie. Elle n'est pas féministe du tout", poursuit Maud Navarre. Reste à savoir ce que, de la politique ou de la communication, l'emportera le 7 mai.

LIRE AUSSI:

» Macron, la nouvelle victime des pirates russes?

» Les 9 fausses nouvelles de la présidentielle française décryptées par un chercheur

» Le Pen quitte la direction du Front national



LIRE AUSSI:

» Macron, la nouvelle victime des pirates russes?

» Les 9 fausses nouvelles de la présidentielle française décryptées par un chercheur

» Le Pen quitte la direction du Front national


Le premier tour de l'élection présidentielle en France

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter