BIEN-ÊTRE

«Stealthing»: la nouvelle tendance sexuelle alarmante (VIDÉO)

25/04/2017 02:01 EDT | Actualisé 25/04/2017 04:04 EDT

Toutes les semaines ou presque, une nouvelle tendance dans la chambre à coucher fait surface, mais la dernière en date ne consiste pas à un plaisir entre deux personnes consentantes. Dites bonjour (ou plutôt au revoir, s’il vous plaît) au stealthing.

Il s'agit en fait d'un homme qui retire son condom pendant l’acte sexuel, sans explicitement demander la permission à son ou sa partenaire.

Une nouvelle étude réalisée aux États-Unis par Alexandra Brodsky pour le Journal du genre en droit de Columbia a mis en lumière la croissance de cette pratique inquiétante, tant dans les communautés homosexuelles que hétérosexuelles. Et la tendance fait bien sûr craindre à une augmentation des risques de grossesses surprises et de transmission d’ITSS.

11 mythes sur le sexe qui vous compliquent la vie

Mme Brodsky a révélé la semaine dernière en entrevue avec nos confrères du HuffPost américain avoir commencé à étudier le phénomène en 2013 quand elle a réalisé que plusieurs de ses amies avaient été violées de cette manière.

L’étude démontre que des communautés sur Internet défendent le « stealthing » comme un « droit » pour les mâles, et plus particulièrement un droit pour tous les hommes de « propager leur semence », peu importe si l’homme a une relation sexuelle gaie ou hétérosexuelle.

Pire, elle cite des exemples d’hommes enseignant aux autres les meilleurs pratiques pour faire du stealthing en douce. Certains offrent des conseils, d’autres du support à ceux qui veulent retirer leur condom sans consentement pendant l’acte.

Mais est-ce vraiment réservé qu’aux hommes? Il semblerait que non, selon l’expert en Sexe et relation à la marque de préservatifs Durex, Alix Fox. « J’ai entendu parler de femmes qui pratiquaient aussi le stealthing , en compromettant l’efficacité des condoms, en les perçant avec des trous difficiles à voir avec des aiguilles ou en les secouant/écrasant secrètement, afin de tomber enceintes », a-t-elle confié au HuffPost UK.

En janvier dernier, un tribunal suisse a condamné un homme pour agression sexuelle après qu’il ait retiré son préservatif sans le mentionner à sa partenaire. La cour a conclu que la femme aurait refusé d’avoir une relation sexuelle si elle savait que le condom ne serait pas de la partie.

Le phénomène n’est pas documenté au Québec ni au Canada, mais on espère qu’il restera en dehors de nos frontières.

VOIR AUSSI :

INOLTRE SU HUFFPOST

Sexe: 10 choses à savoir