Daphnee Hacker-Bousquet Headshot

Ruelle Basile-Patenaude: de poubelle à espace sensationnel (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

» Ce texte a été publié dans le cadre du dossier «Le Montréal oublié», une série de 20 reportages multimédias qui font découvrir des projets citoyens redonnant vie aux lieux abandonnés de la métropole. Consultez le dossier complet ici.

Situé dans l’un des endroits les plus défavorisés de Rosemont-La-Petite-Patrie, le jardin communautaire Basile-Patenaude existe depuis 30 ans. Depuis toutes ces années, il a tristement été entouré d’un terrain vague à l’abandon, où les enjeux d’itinérance et de drogues côtoyaient des tas de détritus.

Tout a changé quand, en l’espace de quelques semaines, des citoyens du quartier ont décidé de donner un nouveau visage à cet espace oublié.

David-Alexandre Boutin est impliqué depuis longtemps dans la communauté du jardin Basile-Patenaude, mais a toujours été quelque peu «dérangé» par les clôtures qui entourent le site. «À mes yeux, ça a toujours créé une genre de séparation entre les privilégiés qui ont accès au jardin et les autres résidents du secteur», explique l’instigateur de la ruelle Basile-Patenaude. C’est cette réflexion qui l’a poussé à passer à l’action.

Au courant de l’hiver 2016, il a fait une demande de financement à l’arrondissement pour faire une ruelle verte avec les quelques 22 000 pieds carrés de terrain vague qui entouraient le jardin et qui forment, selon les papiers municipaux, une ruelle piétonne.

ruelle basile
De terrain à l’abandon dominé par le béton, la ruelle est devenue un petit oasis urbain.

Une fois le démarchage administratif complété, la métamorphose s’est amorcée… très rapidement. En juin, en l’espace d’une fin de semaine, des dizaines de bénévoles sont venus prêter main forte à l’équipe de M. Boutin pour nettoyer les ordures et planter 150 arbres et arbustes fruitiers. Résultat: les terrains bétonnés et à l’abandon se sont transformés en un magnifique petit oasis urbain, où l’on retrouve un champ de maïs, des prairies mellifères et pleins d’autres petits trésors comestibles, offerts à tous les passants.

«Les citoyens se sont appropriés le terrain, tout l’entretien du site se fait de façon organique, les bénévoles se succèdent, je n’ai plus rien à faire!» s’exclame David-Alexandre Boutin, tout sourire. Il compte ainsi prendre son temps libre pour se consacrer à la «phase 2» du développement de la ruelle, qui consistera à créer une fermette éducative. Cet endroit servira notamment de centre de répit pour les parents, qui pourront y laisser leurs enfants durant quelques heures où ces derniers suivront des ateliers d’initiation à l’environnement.

ruelle basile
David-Alexandre Boutin s’adresse aux citoyens venus à l’inauguration de la ruelle Basile-Patenaude.

Pour en savoir plus sur ce projet, visionnez notre reportage vidéo en début d'article.



Découvrez notre carte du Montréal oublié

En parcourant notre carte interactive, découvrez 20 lieux abandonnés derrière lesquels se cachent des récits aussi inspirants que semés d’embûches, sous forme de vidéos, de photos et de textes.


Pour un visionnement optimal de la carte, cliquez ici.

À LIRE AUSSI DANS NOTRE DOSSIER «LE MONTRÉAL OUBLIÉ»:
» Terrains vacants à Montréal: deux fois et demi la superficie du mont Royal!
» Lieux abandonnés: diagnostic du virus montréalais
» Le Théâtre Empress: debout malgré tout
» Village au Pied-du-courant: vivre la ville autrement
» Projet Harmonie: être fier de son coin
» Les Jardineries: le secret le mieux gardé d'Hochelaga
» Marché du Nord-Est: raviver Montréal-Nord
» L'hippodrome Blue Bonnets: le temps passe et les besoins augmentent


Si vous avez des suggestions de lieux ou immeubles abandonnés à ajouter à la carte, ou pour tout commentaire, n’hésitez pas à nous contacter à l'adresse suivante: nouvelles@huffingtonpost.com.



Carte interactive et intégration des données: Roberto Rocha et Bob Perez

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le Montréal oublié en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction