CANADA QUEBEC

Bois d'oeuvre: contrairement à Québec, l'aide d'Ottawa ne sera pas immédiate

24/04/2017 14:44 EDT | Actualisé 24/04/2017 14:44 EDT

Si Québec se dit prêt à aider financièrement les entreprises forestières dès que les Américains auront imposé des droits compensatoires sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre, Ottawa prendra plus de temps avant d'agir.

Bien qu'il ait discuté du dossier avec les provinces, le gouvernement Trudeau arrêtera son choix sur la forme d'aide financière qu'après avoir analysé les mesures qui devraient être annoncées mardi par le département américain du Commerce, a indiqué une source gouvernementale qui n'a pas voulu être identifiée.

De son côté, le gouvernement Couillard, qui s'est engagé à mettre sur pied un programme de garanties de prêt pour les compagnies touchées, se dit prêt à intervenir dès le "jour 1", affirme sa ministre de l'Économie, Dominique Anglade.

Si elle anticipe des droits compensatoires, Mme Anglade a dit lundi, en marge d'une annonce à Montréal, n'avoir aucun détail entourant les décisions prises par l'administration Trump.

La ministre a ajouté que le moment serait également venu pour le gouvernement Trudeau de se manifester et dire comment il épaulera l'industrie du bois d'oeuvre.

Après que des barrières tarifaires eurent été imposées en 2001, Ottawa avait mis plusieurs mois avant de mettre de l'avant deux programmes d'aide financière.

Le département du Commerce devrait préciser mardi l'ampleur des droits compensatoires qui seront imposés sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre. Une décision entourant les droits antidumping est également attendue le 23 juin.

Au total, ces deux mesures devraient totaliser des droits compensatoires oscillant entre 30 et 40 pour cent, d'après les analystes financiers.

LIRE AUSSI:

» Le 5e conflit commercial sur le bois d'oeuvre est sur le point d'être déclenché

» Les États-Unis trancheront sur les droits sur le bois d'oeuvre le 25 avril

» «Ce que le Canada fait à nos producteurs laitiers est une honte»


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter