NOUVELLES
12/04/2017 08:40 EDT | Actualisé 12/04/2017 12:28 EDT

Rex Tillerson rencontre Vladimir Poutine à Moscou

Le secrétaire d'État américain Rex Tilleron a rencontré le président russe Vladimir Poutine à Moscou, mercredi soir.

M. Tillerson, qui est le premier membre du cabinet Trump à visiter la capitale russe, s'est rendu au Kremlin en fin de journée. L'ordre du jour de la rencontre n'a pas été annoncé, mais les deux hommes discuteront certainement de l'attaque chimique qui a fait plus de 80 morts la semaine dernière en Syrie et de la décision de Washington d'ensuite punir le régime Assad en lançant une soixantaine de missiles de croisière contre une base aérienne.

Washington et Moscou ne s'entendent pas quant à la responsabilité du président Assad dans cette affaire.

Plus tôt pendant la journée, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, avait accusé les États-Unis d'avoir perpétré une attaque illégale contre le régime Assad.

Réservant un accueil glacial à M. Tillerson, M. Lavrov avait déclaré que le Kremlin tente de comprendre les "véritables intentions" de l'administration Trump. Il a dit que Moscou a plusieurs questions concernant les idées "contradictoires" et "très ambiguës" de l'administration Trump.

Le secrétaire d'État a concédé que les États-Unis et la Russie ont des différences "importantes" qui nuisent à leur collaboration, mais il a dit espérer que son déplacement puisse contribuer à un rapprochement.

Les deux camps semblent toutefois plus éloignés l'un de l'autre que jamais, dans la foulée de l'attaque chimique "Honnêtement, Poutine appuie quelqu'un de très mauvais, a déclaré mercredi Donald Trump au réseau Fox, en référence au président Assad. Je pense que c'est très mauvais pour la Russie. Je pense que c'est très mauvais pour l'humanité."

Au sujet de M. Assad, il a dit: "C'est un animal."

M. Trump a ensuite dit que les États-Unis n'ont aucune intention de s'impliquer plus profondément dans le conflit syrien, et qu'ils ne l'ont fait qu'en réaction à l'attaque chimique.

De son côté, M. Poutine _ qui, selon le renseignement américain, a essayé de faire élire M. Trump _ a déclaré que les relations entre les deux superpuissances n'ont fait que se détériorer depuis l'arrivée au pouvoir de son homologue américain.

"Le niveau de confiance au niveau opérationnel, et surtout au niveau militaire, ne s'est pas amélioré, mais s'est probablement détérioré", a dit M. Poutine lors d'une entrevue diffusée mercredi par le réseau de télévision officiel Mir.

LIRE AUSSI:

» Attaque chimique: la Russie avait été prévenue d'avance, selon les États-Unis

» Syrie: Poutine prévoit d'autres attaques chimiques «faussement attribuées» à Assad


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter