NOUVELLES

L'énergie solaire pourrait-elle ébranler le monopole d'Hydro-Québec?

06/04/2017 12:28 EDT | Actualisé 06/04/2017 12:31 EDT
Radio-Canada

Installer des panneaux solaires pour produire sa propre électricité? Cette idée, qui relevait de la fiction il y a quelques années à peine, semble en voie de s'imposer aux quatre coins de la planète. Et l'Amérique du Nord n'y échappe pas. Mais des spécialistes en énergie craignent que cette approche ne nuise aux affaires des grands producteurs d'électricité, dont Hydro-Québec...

Un texte de Dominic Brassard

« Le discours officiel d'Hydro-Québec, c'est que tout est beau! Mais c'est certain qu'à l'intérieur d'Hydro-Québec, il y a des gens qui voient bien ce que je vois », souligne Normand Mousseau, professeur de physique à l'Université de Montréal et directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier.

Le spécialiste des questions énergétiques voit poindre à l'horizon la tempête parfaite pour la société d'État avec le développement rapide des moyens de production d'électricité solaire.

C'est aussi ce qu'observe le directeur général de la Fondation David-Suzuki pour le Québec et l'Atlantique, Karel Mayrand.

«Un peu comme Uber est arrivé et a challengé les modèles des chauffeurs de taxis traditionnels... L'enjeu, au Québec, c'est vraiment de maintenir le leadership, voire le monopole d'Hydro-Québec!» - Karel Mayrand

Pour Normand Mousseau, la société d'État peine déjà à écouler ses surplus d'électricité. Aussi, le développement rapide des moyens de production grâce à l'énergie solaire représente une réelle menace pour les exportations d'Hydro-Québec.

Une petite révolution en cours?

Dans certains pays, on assiste à une décentralisation des modes de production électrique.

En d'autres mots, il est désormais possible pour un citoyen de produire sa propre électricité à un coût relativement abordable en installant des panneaux solaires sur sa résidence.

C'est ce qu'on appelle un autoproducteur.

Tout cela est désormais possible grâce au prix des panneaux solaires qui a diminué de façon importante dans certains pays du monde.

« Par exemple, souligne Normand Mousseau, en Hollande, on peut installer 10 panneaux solaires pour 600 euros. Donc, sur une maison, ce qui coûte ici 10 000 $, coûte là-bas 900 $ ».

Selon lui, la baisse du coût des panneaux solaires et des batteries pour emmagasiner cette électricité va rendre l'autoproduction d'électricité de plus en plus alléchante, même au Québec.

«Les prix dans le solaire aujourd'hui sont là où on pensait qu'on serait en 2025. Donc, on a presque 10 ans d'avance! C'est pour ça qu'on ne l'a pas vu venir... Parce que ça va à une vitesse hallucinante!» - Normand Mousseau, professeur de physique à l'Université de Montréal et directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier

Selon le professeur, le coût de production de l'électricité dans les grandes centrales solaires de la planète est également en baisse.

« Les prix ont chuté à une vitesse folle. On est aujourd'hui, dans les grandes fermes solaires, à des prix de 3,7 cents le kilowattheure! s'exclame-t-il. Et je parle des prix des derniers appels d'offres non subventionnés, au Chili, aux Émirats arabes unis, en Inde, dans le sud des États-Unis, en Chine et au Mexique. Il suffit que le prix descende encore d'un tiers et personne ne va résister ».

De nouvelles entreprises

Aux États-Unis, des entreprises ont permis de démocratiser l'autoproduction d'électricité solaire.

En échange d'un contrat et d'un paiement mensuel, elles offrent d'installer des panneaux photovoltaïques sur les toits des bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels.

L'électricité produite coûte ainsi moins cher aux occupants qu'un branchement au réseau électrique traditionnel.

Le directeur général de la Fondation David-Suzuki pour le Québec et l'Atlantique, Karel Mayrand, remarque que cette formule convainc de nombreux Américains.

« On a autant des gens au Vermont qui veulent des panneaux solaires sur leur ferme biologique qu'à l'autre bout du pays, des ranchers qui veulent des panneaux solaires pour être autonomes en énergie », souligne-t-il. Selon lui, « aux deux bouts du spectre idéologique aux États-Unis, les gens veulent des panneaux pour des raisons totalement différentes ».

Une des entreprises offrant ces forfaits affirme compter près de 300 000 clients résidentiels. Pour Karel Mayrand, c'est « une révolution industrielle qui est en train de se faire ».

Selon lui, la demande américaine en électricité va changer dans les années à venir.

Au Québec, c'est cool le solaire!

L'intérêt pour la production d'électricité grâce à l'énergie solaire gagne également le Québec, mais à un rythme plus lent qu'ailleurs.

Martin Lambert, propriétaire de l'entreprise Ecosolaris à Saint-Jérôme, vend des panneaux photovoltaïques. À son avis, l'idée de produire sa propre électricité est à la mode : « C'est cool le solaire! C'est une industrie qui commence à tomber dans le sexy! »

Martin Lambert précise qu'à l'heure actuelle, ses clients achètent des panneaux solaires par intérêt personnel plutôt que pour économiser de l'argent, car les équipements disponibles au Québec et leur installation demeurent dispendieux.

Hydro-Québec compte 127 clients résidentiels autoproducteurs d'électricité.

Glenn Hodgins, un citoyen d'Hemmingford, est l'un d'eux. Il a installé des panneaux solaires sur le toit de sa maison, mais il demeure relié au réseau d'Hydro-Québec. Coût de l'opération : 21 000 $.

Selon ses calculs, son équipement sera remboursé en moins de 10 ans grâce aux crédits obtenus sur ses factures d'électricité.

Hydro-Québec n'entend pas laisser « dormir » cette énergie

À Hydro-Québec, le porte-parole Louis-Olivier Batty affirme que la société d'État souhaite encourager les clients qui veulent devenir autoproducteurs d'électricité.

« Si les gens arrivent à fournir une partie de leur propre équipement, dit-il, nous, chez Hydro-Québec, cette énergie-là ne va pas dormir. On a de grands projets au niveau de l'exportation, que ce soit aux États-Unis ou en Ontario ».

Mais cette réponse ne rassure pas le professeur de physique à l'Université de Montréal, Normand Mousseau. Selon lui, la demande en électricité risque de baisser sur le marché américain avec l'autoproduction d'électricité grâce au solaire.

Pour sa part, le professeur titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau, est plus nuancé.

Il pense que le développement de l'électricité solaire va se faire graduellement en Amérique du Nord. De plus, il souligne que la fermeture prochaine de grosses centrales aux États-Unis va possiblement offrir à Hydro-Québec un marché intéressant pour la vente d'électricité.

«Il y aura quand même un besoin pour de l'électricité produite de façon centralisée avec des économies d'échelle importante. Et le Québec est bien placé pour approvisionner à coût compétitif en hydroélectricité, qui garde le gros avantage de pouvoir produire des grosses puissances à des moments donnés et surtout au moment désiré.» - Pierre-Olivier Pineau, professeur titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie à HEC Montréal

Le porte-parole d'Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty, précise par ailleurs que la société d'État observe les mouvements dans le marché énergétique avec le développement de l'électricité solaire.

« C'est sûr qu'on sent très bien que ça va se développer. On est en train de regarder comment le marché du solaire va être une révolution ailleurs dans le monde et au Québec. Nous sommes tout à fait conscients de ça », conclut-il.

« Hydro-Québec se retrouve dans une situation où elle va peut-être devoir se réinventer », ajoute Karel Mayrand de la Fondation David-Suzuki. L'environnementaliste croit qu'Hydro-Québec a toutefois l'expertise pour se positionner dans ce marché énergétique en mouvement.

Le professeur Normand Mousseau croit qu'Hydro-Québec doit réévaluer sa stratégie.

«On ne peut pas imaginer que, demain matin, on ferme Hydro. Mais l'idée, c'est que si 20 % des citoyens se retirent, ça va faire un gros trou en termes de coûts.» - Normand Mousseau

LIRE AUSSI:

» Énergie: ces 10 projets font réaliser des économies à des villes du Québec

» Las Vegas désormais alimentée à 100% par des énergies renouvelables


Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter