DIVERTISSEMENT

Karin Kei Nagano au piano pour Jean-Sébastien Bach

04/04/2017 10:14 EDT | Actualisé 04/04/2017 10:14 EDT
Courtoisie

Karin Kei Nagano est née sous une bonne étoile. Elle étudie à la prestigieuse faculté de Yale sous les bons conseils du célèbre pianiste Peter Frankl, elle vit entre Montréal, la France et les États-Unis et elle est la fille du chef d’orchestre Kent Nagano et de Mari Kodama, musicienne de renommée internationale. Mais c’est avec humilité que la jeune femme a décidé de suivre les pas de ses parents en offrant un deuxième album altruiste consacré aux Inventions et Sinfonies de Jean-Sébastien Bach.

C'est connu. Jean-Sébastien Bach avait à cœur l’apprentissage de la musique. Les Inventions et sinfonies – considérés comme indispensables à tout pianiste – est le nom d'un cycle de 30 pièces dont la vocation demeure pédagogique. En proposant une version plus intime, Karin Kei Nagano révèle dans son disque les mélodies structurelles du grand compositeur allemand.

«Jean-Sébastien Bach a imaginé ce répertoire pour ses élèves et son fils Wilhelm Friedemann, raconte Karin Kei Nagano en entrevue. Il aimait souvent dire que ces compositions étaient faites pour enseigner d’abord l’approche interprétative. Elles m’ont accompagnée dès mon plus jeune âge. J’y reviens d’ailleurs très souvent.»

Un Bach éclaté

Néanmoins chez J. S. Bach, il y a toujours plus à découvrir, admet Karin Kei. «À 18 ans, je me retrouve dans une situation où je suis encore entre l’enfance et l’âge adulte. Je suis toujours imprégnée par la jeunesse pour qui Bach avait initialement créé ces œuvres, mais j’ai aujourd’hui davantage la capacité d’exécuter la vision du compositeur.»

Son premier album, sorti en 2014 et dédié aux Concertos nos 12 et 13 de Mozart, avait marqué par sa maturité. Rebelote avec cette seconde proposition dans laquelle on découvre un Bach plus éclaté. «Sa musique est souvent associée à l’église et la religion, ce qui lui a donné une forte aura spirituelle. Bach, ce n’est pas que cela. Il représente pour moi l’idée de la complétude. Le rythme, la mélodie, tout est construit d’une façon à ce que l’ensemble soit intégré d’une manière balancée. C’est ce qui rend les œuvres de l’artiste si émouvantes.»

Avec ce deuxième disque, la pianiste voudrait aussi faire partager au public la vigueur du répertoire de J. S. Bach. «C’est tout simplement fascinant puisqu’on se retrouve dans une sorte de ligne de démarcation entre d’un côté la complexité de l’écriture et de l’autre côté une sorte d’introduction à l’univers de la musique.»

Inventions et Sinfonies de Jean-Sébastien Bach – Karin Kei Nagano – Analekta – Disponible depuis le 10 mars 2017.

LIRE AUSSI :

» La sensation française Jain de retour à Montréal

» Ikutaro Kakehashi, fondateur de la compagnie Roland, est décédé à 87 ans

À voir également :

7 albums québécois à écouter ce printemps