POLITIQUE

Salaires copieux chez Bombardier: malaise au gouvernement Couillard

30/03/2017 03:56 EDT | Actualisé 31/03/2017 05:46 EDT
Radio-Canada

La nouvelle que les salaires de haut dirigeants de Bombardier ont bondi d'environ 50 % crée un malaise au sein du gouvernement libéral, d'autant plus que la multinationale a reçu près de trois milliards de dollars en aide publique et qu'elle licencie des milliers d'employés. Pendant que l'opposition s'indigne, l'entreprise, elle, défend sa politique de rémunération.

Un texte d'Anne-Marie Lecomte

Le premier ministre Philippe Couillard reconnaît qu'en bonifiant les rémunérations de cinq de ses hauts dirigeants et du président de son conseil d'administration, Bombardier envoie un message susceptible de choquer.

« Si je me place dans la perspective des travailleurs et des fournisseurs, est-ce que le moment est bien choisi? Est-ce que le message est bien choisi? J’aurais tendance à dire que probablement que non », a déclaré le premier ministre lors d'un point de presse en matinée, jeudi.

«Cependant, fondamentalement, c’est une question qui regarde l’entreprise et ses actionnaires.» - Philippe Couillard, premier ministre du Québec

La ministre de l'Économie du Québec, Dominique Anglade, a déclaré : « Si j'étais l'entreprise, je réfléchirais au message que j'envoie à la population, que les montants, les primes, sont élevés ».

«Je peux comprendre la réaction des gens qui sont choqués aujourd'hui.» - Dominique Anglade, ministre de l'Économie, de l'Innovation et de la Science du Québec

Quant au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, il a déclaré jeudi, lors d'un point de presse à Brampton, que « Nous respectons le libre-marché et les choix que les compagnies font. Nous avons aussi une responsabilité d’assurer que les investissements que nous faisons, l’argent des contribuables, serviront à créer de bons emplois qui auront un impact sur la classe moyenne et la croissance du pays ».

Dans une circulaire envoyée à ses actionnaires, Bombardier révèle que la rémunération totale de cinq de ses plus hauts dirigeants et du président-directeur de son conseil, Pierre Beaudoin, a totalisé environ 43 millions de dollars.

En 2016, le président et chef de la direction, Alain Bellemare, a reçu près de 13 millions de dollars, soit 48 % de plus que l'année précédente. Pour ce qui est de M. Beaudoin, il a reçu 7,1 millions de dollars, soit 37 % de plus qu'en 2015.

LIRE AUSSI:

» Salaires en forte hausse au sein de la haute direction de Bombardier


Bombardier se défend

Refusant d'accorder des entrevues sur le sujet, la direction de Bombardier a réagi par écrit en disant notamment que :

  • la rémunération des membres de sa haute direction s'inspire des pratiques générales reconnues sur le marché;
  • les actionnaires seront consultés au sujet de la rémunération à l'occasion de leur assemblée annuelle (prévue le 11 mai prochain);
  • la hausse de la rémunération reflète la solide performance de la haute direction dans l’exécution du plan de redressement de la compagnie.

L'État soutient Bombardier

Là où le bât blesse, c'est que la multinationale a reçu des fonds publics : Ottawa lui a prêté 372,5 millions de dollars et Québec a investi 1,3 milliard de dollarsdans une société en commandite consacrée à la C Series, dont le gouvernement provincial détient 49,5 % des actions.

De plus, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a investi 1,5 milliard de dollars dans Bombardier Transport, en retour d'un actionnariat de 30 % dans cette entreprise.

Mais alors que l'État soutient Bombardier, cette dernière va supprimer des milliers d'emplois d'ici la fin de 2018.

Emplois supprimés chez Bombardier

- Réduction de 7000 postes en février 2016, dont 40 % au Canada (en majorité au Québec)

- Réduction de 7500 postes en octobre 2016, dont près de 2000 au Canada.

Fin 2016, Bombardier comptait au total plus de 66 000 employés et l'entreprise affirme procéder à des embauches dans des secteurs en croissance, comme celui de la C Series.

« Ne pas participer au reste de la compagnie »

L'entente entre Québec et le géant de l'aéronautique vise le développement et la commercialisation de la C Series. Ce dont se félicite le premier ministre Couillard qui a expliqué, jeudi, qu'en « isolant » ainsi son investissement à la C Series, Québec respecte sa volonté « de ne pas participer au reste de la compagnie ».

« [...] pour ceux et celles qui réclamaient encore, il n’y a pas longtemps, qu’on investisse dans la compagnie mère, voyez de quelle façon ça aurait eu une influence. S’il avait fallu que, comme investisseur dans la société mère, on ait eu à commenter cette décision », a-t-il expliqué, faisant allusion à la bonification de la rémunération de hauts dirigeants.

L'opposition veut un rappel à l'ordre

« Je pense que c’est une gifle aux Québécois », a déclaré le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui qualifie « d'indécence » les hausses de salaire.

De poursuivre M. Lisée : « Les dirigeants de Bombardier ont effectivement réussi à tirer une compagnie qui était en très grande difficulté vers la voie de la rentabilité. [...] Mais ils l’ont fait parce que les contribuables québécois leur ont donné un milliard de dollars ».

Jean-François Lisée espère que le gouvernement de Philippe Couillard va demander le retrait de ces augmentations, « en tant qu'actionnaire important de Bombardier », dit-il.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, va dans le même sens, qualifiant lui de « très exagérées » les augmentations. « On est en droit d'intervenir et de dire que les salaires devraient être raisonnables », affirme M. Legault.

« Les hausses sont indéfendables », dit Michel Nadeau

De l'avis du directeur général de l’Institut sur la gouvernance (IGOPP), Michel Nadeau, le gouvernement doit manifester son désaccord afin que Bombardier, « fleuron de l'économie québécoise », conserve le soutien dont elle jouit dans l'opinion publique.

M. Nadeau estime que la compagnie se doit d'annuler ces hausses « qui sont indéfendables ». Il plaide aussi pour que Bombardier gèle les salaires au niveau de 2015 et repousse toute augmentation « tant qu'elle n'aura pas renoué avec la rentabilité ».

En entrevue jeudi sur ICI RDI, le directeur de l'Institut de la gouvernance s'est par ailleurs interrogé sur les raisons qui motivent Bombardier à rémunérer, à coup de millions, le président-directeur du conseil d'administration, Pierre Beaudoin.

« Est-ce à cause de son nom de famille? Je ne sais pas trop », a dit Michel Nadeau qui précise que, partout ailleurs, les gens occupant ce type de fonctions reçoivent 250 000 $.

En vertu d'une structure des actions à votes multiples, la famille Beaudoin est en mesure de contrôler Bombardier. À l'assemblée des actionnaires en avril 2016, Pierre Beaudoin avait déclaré que la société n'allait pas changer « quoi que ce soit à ce sujet-là ».

Un actionnaire très mécontent

David Thouin, président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC), dit détenir des actions de Bombardier parce que ça fait partie de son « patrimoine ». Il affirme que « ça lui pue au nez de voir que les hauts dirigeants vont se chercher des primes, vont se chercher des rendements, alors qu'ils ne nous en donnent pas à nous, les actionnaires ».

J'ai des actions de Bombardier et elles n'ont pas évolué depuis 4 ans, elles ont perdu 40 % de leur valeur.

David Thouin, président du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC)

En 2016, Bombardier accusait une perte nette d'un milliard de dollars. En 2015, cette perte nette s'élevait à plus de cinq milliards.

Avec les informations de Maxime Bertrand et de Gérald Fillion


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter