NOUVELLES

Montréal-Trudeau, «l'un des lieux les plus sécurisés qui soient», selon ADM

29/03/2017 09:59 EDT | Actualisé 29/03/2017 10:00 EDT

Aéroports de Montréal (ADM) assure disposer d'un système de sécurité adéquat pour faire face à toute menace, après qu'un reportage de J.E. eut montré que deux employés de l'aéroport Montréal-Trudeau, présentant des signes de radicalisation, avaient un accès direct à des zones sécurisées.

ADM a affirmé que l'aéroport est « sans doute l'un des lieux les plus sécurisés qui soient ».

« Il ne faut pas se restreindre à ce qu’on voit. Il y a des ressources en arrière de ceux que vous voyez, et elles sont prêtes à intervenir », a fait valoir en entrevue à RDI le vice-président aux infrastructures aéroportuaires chez ADM, Pierre-Paul Pharand.

Il mentionne notamment la présence sur place de l’Agence des services frontaliers du Canada, de la Gendarmerie royale du Canada et des services d’immigration américains, en plus d'une unité spécialisée en sécurité.

Voyageurs comme employés, « tout le monde est fouillé avant d’entrer en zone réglementée », a-t-il ajouté.

Selon J.E. une enquête policière aurait montré qu'un des employés visés par le reportage a consulté régulièrement des sites soulignant la montée en puissance de l'EI et se serait procuré une importante quantité de livres et de documentation au sujet des armes d’assaut de calibre militaire.

Aéroports de Montréal (ADM) l’a depuis muté à un autre poste qui lui interdit désormais l’accès aux systèmes de sécurité et aux zones où se trouvent des avions.

Interrogé à savoir si cette mesure était suffisante pour éloigner réellement toute menace, le vice-président a simplement affirmé que la réglementation n’empêchait pas de rétrograder un employé présentant des signes de radicalisation.

«Est-ce qu’une personne radicalisée ne devrait pas travailler à l’aéroport? Je pense que ça déborde [du] problème de sûreté parce qu'il y a la question de l'accès à l'emploi. Est-ce qu’on devrait l’empêcher de travailler, par exemple, dans le stationnement?» - Pierre-Paul Pharand, vice-président aux infrastructures aéroportuaires, Aéroports de Montréal

Au cours d’une filature numérique de huit mois, l’équipe de l’émission J.E. a identifié un second employé au profil suspect, qui travaillait au ravitaillement des avions. Ce dernier avait publié sur sa page Facebook une vidéo de propagande de l'EI qui diffusait en direct des images de meurtres commis dans la ville irakienne de Mossoul.

L’homme aurait quitté le Canada depuis quelques mois, mais continuerait d’être en relation avec certains employés d’Aéroports de Montréal ayant accès à des zones sécurisées, selon J.E.

M. Pharand n’a toutefois pas été en mesure de confirmer le nombre d’employés visés par des accusations de radicalisation au sein d’ADM.

LIRE AUSSI:

» Nombre record de passagers à l'aéroport Montréal-Trudeau

» La privatisation des aéroports canadiens: une folie (BLOGUE)


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter