BIEN-ÊTRE

Au moins 15 raisons de (re)tomber en amour avec Paris en 2017

23/03/2017 05:30 EDT | Actualisé 23/03/2017 05:32 EDT
Matteo Colombo via Getty Images
Paris, Ile de France, France

Les attentats de Nice et de Paris ont eu des effets dramatiques sur le tourisme en France, alors que le nombre d’arrivées internationales a chuté de 7 % en 2016. En réaction à cette baisse, le Ministère de la Culture, la Ville de Paris et la région Île-de-France ont – pour une rare fois – mis de côté leurs allégeances politiques afin de lancer la « saison culturelle », une programmation réunissant 500 événements artistiques tout au long de l’année. Le Huffington Post Québec a été invité à découvrir certains de ces événements en exclusivité et à redécouvrir quelques classiques.

Un détour sur le site web saisonculturelle.fr vous permettra de trouver un événement à l’aide d’une carte interactive, en indiquant le type d’événement souhaité, l’arrondissement ciblé et les dates de votre visite.

Musées

Grand Palais – Rodin : l’exposition du centenaire (22 mars au 31 juillet 2017)

rodin

Afin de souligner le 100e anniversaire de la mort du célèbre sculpteur et dessinateur, plus de 200 de ses créations ont été réunies aux côtés des œuvres d’artistes qu’il a inspirés, tels Picasso, Giacometti, Matisse, Bourdelle et Beuys. Une occasion de voir le célèbre Penseur, les Bourgeois de Calais, l’Homme au nez cassé, le Buste de Rodin (Camille Claudel) et le Couple enlacé, de mieux comprendre la sensibilité expressionniste de Rodin et l’impact qu’il a eu sur ceux qui l’ont suivi. La scénographie de l’exposition souffre d’un léger manque d’espace, mais le nouvel éclairage sur l’œuvre vaut le détour.

« Rodin reste l’arbre monumental qui fait une ombre très longue : il est difficile de trouver un morceau du monde qui ne soit pas connecté à l’arbre ou à l’ombre qu’il porte. » - Antony Gormley  

*Le Grand Palais accueillera également l’exposition Gauguin, l’alchimiste (11 octobre 2017 au 22 janvier 2018)

Louvre – Vermeer et les maîtres de la peinture de genre (22 février au 22 mai 2017)

louvre

Au 17e siècle, plus de cinq millions de peintures ont été faites aux Pays-Bas, qui étaient alors le pays le plus urbanisé de l’Europe. Question de faire honneur à cet âge d’or, le Louvre a rassemblé 12 toiles de Johannes Vermeer (le tiers de sa production connue) et celles de Steen, Dou, van Meris, Van der Neer, Metsu et Hooch. Reconnue pour la profondeur et la dimension morale, parfois cachée, qu’il donnait à ses toiles, Vermeer a souvent été le sujet de discussion des collectionneurs, qui se réunissaient pour argumenter sur la signification de ses œuvres et des liens avec celle des autres. S’il faut assurément aimer la peinture de genre pour apprécier pleinement l’exposition, quiconque sera intéressé par le jeu d’interprétation des symboles et des comparaisons.

*Notons aussi l’exposition Maurice Denis et Eugène Delacroix, de l’atelier au musée (3 mai au 28 août 2017). Sans oublier l’incommensurable collection permanente.

Musée d’Orsay - Au-delà des étoiles – Le paysage mystique de Monet à Kandinsky (14 mars au 25 juin 2017)

orsay

Dépasser les réalités matérielles pour toucher à quelque chose d’ordre mystique : telle serait la volonté commune, bien que parfois inconsciente, de plusieurs créateurs dont les œuvres ont été réunies (Gauguin, Monet, Klimt, Munch, Van Gogh, Hablik, Dulac, Hodler, ainsi que des Canadiens Emily Carr, Tom Thomson et Lawren Harris). Certains visiteurs douteront sûrement des intentions prêtées à ces grands peintres, mais force est d’admettre qu’on peut apercevoir un fil se tisser entre toutes ces toiles, avec ces symboles reliant la terre au ciel, cette lumière irréelle, cette fusion entre l’Homme et la nuit, et ce besoin d’élévation vers quelque chose de plus grand que soi.

*En plus de la collection permanente, l’exposition Portraits de Cézanne sera présentée du 13 juin au 24 septembre 2017.

Gaité lyrique – Aéroports/Villes du monde (23 février au 21 mai 2017)

Centre multidisciplinaire, prônant fièrement la diversité des idées, des origines, des genres, des orientations sexuelles et des couleurs, la Gaieté lyrique est un lieu d’expositions, un café, un auditorium, ainsi qu’une salle avec projection vidéo à 360 degrés. Lors de notre passage, nous avons visité l’exposition sur les aéroports du monde. Une réflexion sur la transformation de la liberté et de la circulation humaine, où l’on peut passer un contrôle de sécurité qui, grâce à l’intelligence artificielle, tente d’associer nos traits à un criminel, un artiste ou un dissident connu, afin de nous sensibiliser sur ces nouvelles réalités. On découvre également le plan d’un sexcloud, un endroit créé pour avoir du sexe dans un aéroport, et où la température, l’humidité et la hauteur d’activité seraient contrôlées. De belles idées malheureusement mal ou trop peu exploitées.  

Patrimoine

Croisière des Bateaux parisiens

Certains parleront d’un cliché touristique, et ils auront probablement raison, mais pourquoi se priver du plaisir de découvrir une ville d’un autre point de vue en se laissant voguer pendant des heures sur la Seine? À vrai dire, on vous conseille d’en faire l’une de vos premières activités, le jour de votre arrivée, alors que le décalage horaire fait des ravages, afin de rester éveillé jusqu’en fin de soirée. D’une durée de deux à trois heures, la croisière est l’occasion de manger convenablement (incomparable aux grands restaurateurs parisiens, mais n’empêche), d’admirer l’architecture de la Ville Lumière, d’identifier les arrêts importants des prochains jours, de faire des photos en plein jour, avec le coucher du soleil et en pleine noirceur éclairée, mais sans présentation historique nécessitant une écoute et un effort intellectuel.

Crypte archéologique de l’Île de la Cité

Alors que 15 millions de touristes visitent chaque année la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, seules 250 000 personnes font un arrêt non loin à la Crypte archéologique. Il s’agit pourtant d’une façon sympathique de mieux comprendre l’évolution urbanistique de la ville autrefois appelée Lutèce. À l’aide de modèles réduits, de reproduction en 3D, de réels vestiges datant de l’Antiquité et, surtout, d’un guide passionné, on apprend à regarder la ville autrement.

Mobilier national

mobilier national

L’endroit ne vous dit rien? Eh bien sachez que cette organisation a pour tâche de fabriquer, de conserver et de restaurer les meubles et la tapisserie des bureaux présidentiels et ministériels, ainsi que ceux des ambassades françaises du monde entier. Véritable institution hors du temps, l’endroit peut être visité sur réservation par quiconque veut découvrir la création en direct de tapis raffinés, qui prennent entre deux et six ans à faire, et dont les couleurs sont choisies parmi plus de 14 000 possibilités! Mobilier national peut même recréer des tissus ayant appartenu à Louis XV, à Marie Antoinette ou au Général de Gaule, grâce aux échantillons conservés. De plus, des expositions se succèdent au fil des ans pour mieux comprendre l’art de vivre à la française dans les lieux officiels.

Château de Versailles

versailles

Avons-nous réellement besoin de spécifier que ce vestige est un incontournable, un hommage au faste, une ode à la surenchère et un exemple des excès d’autrefois, alors que l’opulence régnait sur la France? La beauté du château est archi connue, mais saviez-vous qu’on pouvait se rendre au marché tout près pour acheter vins, fromages et autres gâteries et aller piqueniquer dans les Jardins des rois, eux-mêmes magnifiques au point de mériter plusieurs heures de visite? Saviez-vous qu’il était possible de faire une visite privée, avec ou sans touristes, pendant ou après les heures d’ouverture, afin d’avoir accès à l’Opéra ou à la Chapelle? Saviez-vous que, depuis septembre 2016, le réputé chef Alain Ducasse gère un restaurant installé dans un ancien bâtiment administratif, et qu’il est possible d’y prendre un lunch rapide pour environ 35 euros ou un repas privé 3 étoiles en soirée? Par ailleurs, trois bâtiments de l’Orangeraie de Versailles seront sous peu transformés en hôtel.

La tour Eiffel

eiffel

Dans un même ordre d’idée, la tour Eiffel, c’est bien, mais un repas au premier étage de la tour Eiffel, c’est mieux! Si votre budget pour le permet, finissez la soirée au restaurant 58e, entourés des tiges métalliques illuminées du célèbre monument, et profitez de la vue panoramique, en buvant du vin français et un repas divin.

En rafale


champs elysees

Besoin d’autres idées? Alors envisagez un ballet à l’Opéra Garnier, un concert classique à la Philharmonie, un opéra à la Bastille, un pique-nique entre amis à Fontainebleau, un selfie devant l’Arc de triomphe, une ballade au Jardin des Tuileries, du lèche-vitrine sur les Champs Élysées, une pause lecture aux Jardins du Luxembourg, un réveil hâtif pour admirer la vue du Sacré-Cœur avant la cohue de touristes, une soirée au théâtre d’Ariane Mnouchkine ou à la Comédie française, un spectacle de danse contemporaine au Théâtre national de Chaillot, un retour dans le temps dans les salles de cinéma projetant de vieux films français, un arrêt à CHAQUE boulangerie/pâtisserie de CHAQUE rue, et tout simplement marcher, le long de la Seine, sur les ponts, dans les rues et les grandes artères, ouvrir grand les yeux et le cœur, mettre en action la machine à souvenirs et y emmagasiner des images jusqu’à ce que ça déborde!

*Les frais de ce voyage ont été payés par ATOUT France et par Air France.