L'ONU prône la fin de la présente mission de Casques bleus en Haïti en octobre

Publication: Mis à jour:
BLUE HELMETS HAITI
Eduardo Munoz / Reuters
Imprimer

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, recommande que la mission onusienne de maintien de la paix en Haïti prenne fin avec le départ de l'ensemble des 2370 membres du personnel militaire d'ici le 15 octobre.

M. Guterres a affirmé qu'une nouvelle opération de maintien de la paix de moins grande ampleur devrait être établie pour continuer à soutenir la formation des policiers, la stabilité politique, la bonne gouvernance, la réforme électorale, la règle de droit et les droits de la personne.

Le secrétaire général a recommandé dans un rapport au Conseil de sécurité des Nations unies, obtenu lundi par l'Associated Press, que la nouvelle mission comporte environ 1275 policiers, en baisse par rapport au niveau actuel de 2541 agents. Il a aussi affirmé qu'elle devrait avoir un nouveau nom, bien qu'il n'en ait proposé aucun.

M. Guterres a soutenu qu'Haïti en était à une "étape importante dans la voie de la stabilisation, avec la conclusion pacifique du processus électoral et le retour de l'ordre constitutionnel le 7 février", lorsque Jovenel Moïse a été assermenté comme président.

Le rapport longuement attendu du secrétaire général confirme les intentions des Nations unies de mettre fin aux opérations de Casques bleus qui parcourent le pays depuis une insurrection contre Jean-Bertrand Aristide ayant tourné au conflit violent en 2004.

Les États-Unis, le principal contributeur des opérations de maintien de la paix des Nations unies, cherchent à couper dans ses effectifs et à réduire le financement. L'administration du président Trump réévalue les 16 opérations en cours, et celle en Haïti - la MINUSTAH -, qui coûte 346 millions $ par année, figure parmi celles privilégiées pour une cessation des activités.

Le gouvernement du Canada a annoncé en août qu'il déploierait jusqu'à 600 soldats dans de futures missions de maintien de la paix des Nations unies. Ottawa n'a pas encore précisé dans quels endroits les Casques bleus canadiens seraient déployés.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter