NOUVELLES

Cafouillage sur l'A-13: le camionneur arrêté nie avoir refusé de se faire remorquer (VIDÉO)

19/03/2017 07:53 EDT | Actualisé 20/03/2017 07:42 EDT

Le camionneur arrêté samedi matin par la Sûreté du Québec (SQ) dit qu'il n'a jamais refusé de faire remorquer son véhicule coincé sur l'autoroute 13 pendant des heures dans la nuit du 14 au 15 mars. Palwinder Singh Johal, âgé de 57 ans, pourrait être accusé de méfait et de nuisance.

La SQ indique qu'il est l'un des deux camionneurs qui auraient refusé de faire remorquer leur véhicule, alors que 300 voitures étaient aussi coincées sur l'autoroute.

« On n'a rien fait. On n’a pas bloqué la route, c’est à cause de la tempête, et la Ville de Montréal n'a rien fait! » - Paramjit Johal, fils du camionneur

« Il n'y avait pas de sel sur la route et tous les camions étaient coincés. Il y avait trois ou quatre camions devant lui. Ils ont été remorqués avant. Ça a pris beaucoup de temps avant que son tour ne vienne », raconte son fils, aussi sur l'autoroute 13 durant la nuit de mardi à mercredi.

Selon nos informations, des camionneurs ont refusé de faire remorquer leur véhicule entre 20 h et 3 h, une version que l'homme arrêté et son fils, Paramjit Johal, contestent. Palwinder Singh Johal affirme avoir payé 275 $ pour faire déplacer son camion vers 2 h 30, la preuve, selon lui, qu'il n'a jamais refusé.

Palwinder Singh Johal ne comprend pas pourquoi il a été arrêté. Son fils lance un appel à l'aide. « Je pense que c’est la couleur », soulève-t-il.

L'homme a été arrêté samedi matin et il a ensuite été transféré à Kingston en Ontario, où un mandat d'arrestation avait été délivré contre lui il y a quelques années pour une histoire de fraude datant de 2012. Il est revenu à son domicile de Laval dimanche.

Un deuxième officier réaffecté

Dans la foulée du cafouillage sur l'autoroute 13, un deuxième officier de la SQ a été démis de ses fonctions dimanche. Il était aussi responsable de la gestion de l'intervention policière et du processus de prise de décision.

Une enquête interne a d'ailleurs été lancée pour faire la lumière sur « la chaîne de décisions » qui a mené à un tel cafouillage, avait indiqué jeudi le porte-parole de la SQ, Guy Lapointe.

Un lieutenant et un capitaine sont maintenant affectés à des tâches administratives.

L'inaction d'un policier dénoncée

Une victime du blocage de l'autoroute 13 dénonce l'inaction d'un policier de la Sûreté du Québec (SQ), coincé lui aussi dans le bouchon monstre, qui n'aurait rien fait pour aider les automobilistes.

Michel Ouellet était dans l’un des 300 véhicules immobilisés sur l’autoroute 13 sud, lors de la tempête qui a fait quelques morts dans l’est du pays.

Il affirme qu’un policier de la SQ était dans son véhicule, près du sien, mais qu’il n’a pas bougé pour offrir son aide.

« Je ne l’ai jamais vu faire quoi que ce soit. Est-ce que c’est normal qu’un policier reste 12 heures assis durant une situation comme ça? » - Michel Ouellet

Michel Ouellet s’est occupé d’une femme enceinte de 12 semaines qui avait peur de manquer d’essence et il s'inquiétait pour sa santé. « Qu’est-ce que je fais? La situation s’aggrave et j’ai une femme enceinte sans eau ni nourriture. »

Il croit que le policier aurait pu au moins se promener pour rassurer les automobilistes. « Rassurer les gens et nous dire : “On est conscient de la situation, on essaye de la résoudre, on a un problème” », déplore-t-il.

M. Ouellet croit que l’enquête interne menée par la SQ devrait aussi viser les policiers présents sur l'autoroute 13.

Il est aussi en colère contre les camionneurs qui auraient refusé de se faire remorquer. « Ce qui me choque c’est qu’ils ont joué avec la vie des gens. Tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à cette situation devraient être tenus responsables », dit-il.

Un lieutenant et un capitaine sont maintenant affectés à des tâches administratives selon le corps de police provinciale qui enquête toujours à l'interne sur « la gestion de l'intervention policière et sur le processus de prise de décision. »

À VOIR AUSSI


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Tempête à Montréal (14 mars 2017)