Militaires attaqués à l'aéroport d'Orly, l'assaillant abattu

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'homme abattu après avoir attaqué une patrouille militaire à l'aéroport d'Orly, près de Paris, a été identifié par les autorités. Il s'agit de Ziyed Ben Belgacem, un Français âgé de 39 ans, connu des services de renseignements.

Selon les premiers éléments de l'enquête, Ziyed Ben Belgacem est né le 14 février 1978 et résidait dans un appartement à Garges-lès-Gonesse.

L'homme a tiré sur trois policiers vers 6 h 55, heure locale, au cours d'un contrôle routier à Garges-lès-Gonesse. L'un d'entre eux a été blessé légèrement à la tête avec un pistolet à grenailles.

Le suspect a ensuite déplacé son véhicule sur une trentaine de kilomètres pour s'arrêter dans un bar de Vitry-sur-Seine, où il a ouvert le feu sans faire de blessés. Il a ensuite repris la route, puis abandonné sa voiture quelques kilomètres plus loin, pour en voler une autre et se rendre à l'aéroport d'Orly.

Peu avant 8 h 30, l'assaillant a agressé une patrouille de trois soldats et il a jeté au sol un sac contenant un bidon d'hydrocarbures. Il les a menacés avec une arme.

« Poser vos armes. Mains sur la tête. Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts », a-t-il crié aux militaires.

Selon le procureur de Paris, François Molins, il a attrapé une militaire pour s'emparer de son fusil d'assaut, avant d'être abattu par les deux autres militaires qui ont tiré à trois reprises.

L’événement a eu lieu dans un commerce de la zone publique, juste avant les points de contrôle.

Enquête en cours

Le dossier a été confié au parquet antiterroriste. L’homme abattu figurait dans les fichiers des services de renseignement pour « radicalisation », selon le gouvernement français, mais il n'était pas fiché.

Selon le procureur de Paris, aucun séjour à l'étranger, en particulier vers la zone irako-syrienne, n'avait été pour l'instant établi.

Il a notamment été condamné en 2011 à cinq ans de prison pour des vols à main armée et, en 2009, à deux peines d'emprisonnement pour trafic de stupéfiants.

En mars 2016, il avait été incarcéré pendant six mois, après avoir commis plusieurs vols par effraction à Paris. Il avait par la suite été placé sous contrôle judiciaire et il ne pouvait plus quitter le territoire français.

Au cours d'une perquisition effectuée au domicile de Ziyed Ben Belgacem, quelques grammes de cocaïne et une machette ont été retrouvés. Une autopsie doit être réalisée dimanche afin de déterminer si l'assaillant était sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants au moment des faits.

Le ministère ajoute qu'une motivation terroriste est « possiblement » liée à cet acte. Selon une source judiciaire, le père et le frère du suspect ont été placés en garde à vue.

Ils ont affirmé que l'assaillant les avait contactés au téléphone vers 7 h 15 pour leur dire qu'il avait fait « une bêtise ». L'un de ses cousins, âgé de 35 ans, s'est rendu par lui même au commissariat. Il a aussi été placé à garde à vue. Il a vu son cousin la veille de l'attaque, dans le bar de Vitry-sur-Seine.

Reprise des vols

Plusieurs milliers de voyageurs ont été évacués des deux terminaux, samedi matin, et près de 30 vols ont été déroutés vers d'autres aéroports de la région parisienne.

Les terminaux Sud et Ouest d'Orly ont depuis rouvert et le trafic aérien a repris progressivement.

L'aéroport d'Orly est le deuxième aéroport de France en nombre annuel de passagers.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter