NOUVELLES

Donald Trump aura tenu 4 jours, 8 heures et 22 minutes sans attaquer personne sur Twitter

03/03/2017 02:14 EST | Actualisé 03/03/2017 02:14 EST
Kevin Lamarque / Reuters
U.S. President Donald Trump looks up while hosting a House and Senate leadership lunch at the White House in Washington, U.S. March 1, 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

"Le temps des sujets futiles est passé". Cette déclaration de Donald Trump prononcée lors de son discours devant le Congrès le 28 février, a été perçue par certains comme une promesse de courtoisie de la part du sulfureux président. Dans l'ensemble, son allocution a d'ailleurs reçu un accueil plutôt positif, Donald Trump semblant endosser pour la première fois son costume présidentiel.

La chaîne CNN, régulièrement taxée de "fake news" par le dirigeant, a donc décidé de lancer un compte à rebours, avec à la clé une question: pendant combien de temps Donald Trump parviendra-t-il à éviter les mots "fake", "failing", "dishonest" et autres adjectifs peu flatteurs à l'encontre de ses détracteurs dans ses messages sur Twitter?

Point de départ de ce décompte, le dernier tweet outragé du président, posté le 26 février à 15h16, heure de Washington.

"Les conversations avec la Russie sont de fausses informations colportées par les Démocrates, et les médias entrent dans leur jeu, pour masquer leur immense défaite aux élections et les fuites illégales!"


La réponse est arrivée jeudi 2 mars à 23h22, lorsque le président a pris la défense de Jeff Sessions, son ministre de la justice accusé d'avoir menti sur ses relations avec la Russie. Entre la série de tweets qui a suivi, et son message du 26 février, 4 jours 8 heures et 22 minutes se sont écoulées, comme l'indique le compteur de CNN.

Quelques heures plus tard, le président des Etats-Unis a jugé "pathétiques" les élus démocrates, qui n'ont pas approuvé l'intégralité des nominations de son gouvernement.

Soulignons tout de même les quatre jours au cours desquels Donald Trump s'est contenté de partager quelques moments forts de son emploi du temps, comme sa rencontre avec les patrons de grandes compagnies d'assurances américaines (dans le cadre de discussions sur le remplacement de l'Obamacare) ou encore ses remerciements, au lendemain de son discours.

À VOIR AUSSI


Premier discours de Trump devant le Congrès