POLITIQUE

Lisée accuse Couillard d'être déconnecté de sa base électorale

22/02/2017 03:16 EST | Actualisé 22/02/2017 03:25 EST

Fort d'un sondage qui montre un appui majoritaire de répondants libéraux à une interdiction des signes religieux, le chef péquiste Jean-François Lisée a accusé le premier ministre Philippe Couillard d'être déconnecté de sa base politique.

M. Lisée a soutenu mercredi que son adversaire a manqué de respect envers 51,6 pour cent des électeurs libéraux qui, selon l'enquête, sont favorables à la proposition Bouchard-Taylor.

Selon le chef péquiste, M. Couillard a tourné le dos au consensus de la société québécoise quand il a rejeté un appel de l'opposition pour appliquer la position Bouchard-Taylor, la semaine dernière.

jean francois lisee

Jean-François Lisée


Le sondage, réalisé la semaine dernière auprès de 750 répondants, indique qu'une majorité d'entre eux, toutes sensibilités politiques confondues, seraient en accord avec une interdiction du port des signes religieux pour les fonctionnaires disposant d'un pouvoir de coercition.

Au total, 63,2 pour cent sont favorables contre 36,8 pour cent qui s'y opposent, indique l'enquête commandée par le Parti québécois à la firme Repère communication.

Dans un point de presse, M. Lisée a affirmé que le PQ proposera d'aller de l'avant avec ce projet, lors de la prochaine campagne électorale.

"N'eût été de l'intransigeance et de l'irrespect de M. Couillard face à des opinions contraires, nous étions à quelques pouces de l'unanimité sur un socle commun sur les signes religieux, a-t-il dit. Et il a décidé de rompre, d'empêcher ce consensus. Il a décidé de tourner le dos à la majorité des Québécois et la majorité de ses propres électeurs."

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter