POLITIQUE

Transferts en santé : «Ces choses-là se discutent au-dessus de moi», dit Barrette

21/02/2017 01:13 EST | Actualisé 22/02/2017 06:54 EST

QUÉBEC – De son propre aveu, une partie des discussions sur les transferts en santé échappe au ministre Gaétan Barrette.

Le ministre de la Santé a commenté mardi matin l’entente parallèle conclue la semaine dernière entre la Colombie-Britannique et le gouvernement fédéral. Six provinces, ainsi que les trois territoires, ont désormais quitté le front commun dans les négociations avec Ottawa.

Pour Gaétan Barrette, la Colombie-Britannique a cédé aux pressions du gouvernement Trudeau. «Chacun des territoires et chacune des provinces qui ont signé une entente sur les transferts fédéraux en santé l’ont fait sur : soit une menace réelle budgétaire, soit sur un accord sur un autre sujet ou une combinaison des deux», a-t-il affirmé.

«Ça se passe au-dessus de la Santé dans les provinces», précise le ministre.

Est-ce que Québec a fait l’objet de telles pressions pour s’entendre avec Ottawa hors du front commun? «Comme je vous l’ai dit tantôt : ces choses-là se discutent au-dessus de moi et je n’ai pas d’autres commentaires», a lancé le ministre avant de mettre fin au point de presse.

Contacts réguliers

D’ailleurs, le premier ministre Philippe Couillard a révélé mardi s’entretenir «sur une base régulière, depuis des mois» avec ses homologues des autres provinces ainsi qu’avec Justin Trudeau dans ce dossier.

«Moi, ce que j'ai communiqué à monsieur Trudeau, puis je le redis devant cette Assemblée, c'est essentiellement la chose suivante : alors que le système de santé, les systèmes de santé au Canada vont être soumis à de grandes pressions, notamment à cause de la démographie et du progrès technologique, il m'apparaît très malvenu, très malvenu — et je pèse mes mots : très malvenu — pour le gouvernement fédéral de réduire sa participation au Canada dans le système de santé public qu'est le nôtre», a-t-il dit en chambre en réponse à une question du chef de la CAQ, François Legault.

Philippe Couillard a d’ailleurs rappelé que son gouvernement a fait de nombreux efforts pour en arriver à l’équilibre budgétaire. «Oui, bien sûr, il y a des déficits au gouvernement fédéral, a-t-il souligné. Nous, on a fait l'effort de l'équilibre budgétaire.»

Une entente bientôt?

Pendant ce temps, à Ottawa, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a affirmé mardi matin qu’elle ne serait «pas surprise» si Ottawa arrive à conclure une entente avec Québec «bientôt». Elle n’a pas voulu préciser si le dossier des transferts pourrait être réglé avant le prochain budget.

«Il serait très bizarre, selon moi, qu’une province se fasse offrir des montants d’argents significatifs, dans les centaines de millions de dollars, et qu’elle ne veuille pas accéder à ces ressources pour améliorer les soins», a-t-elle indiqué après une réunion du cabinet Trudeau.

En tant que ministre du Québec, Jean-Yves Duclos pense qu’il est «extrêmement important» que les transferts en santé servent aux deux domaines ciblés par Ottawa, c’est-à-dire les soins à domicile et la santé mentale.

«Moi, je rencontre régulièrement des gens de ma circonscription qui me disent à quel point c’est important qu’on ait des soins davantage développés sur ces deux aspects-là», a-t-il précisé, en ajoutant qu’il appuie «entièrement» les efforts de Québec et d’Ottawa dans ce dossier.

Avec la collaboration de Catherine Lévesque, à Ottawa

INOLTRE SU HUFFPOST

Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale