POLITIQUE

Le conservateur Steven Blaney veut fermer la frontière aux immigrants illégaux

21/02/2017 02:00 EST | Actualisé 21/02/2017 02:00 EST
La Presse canadienne

Le Canada doit agir sans tarder pour fermer sa frontière aux immigrants illégaux, selon le député et candidat à la direction du Parti conservateur Steven Blaney.

De passage à Montréal, mardi, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis a suggéré une série de mesures pour rendre la frontière "étanche" à l'immigration illégale, qui a connu une forte hausse depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis.

M. Blaney estime que ces gestes sont devenus nécessaires parce que cette augmentation porte atteinte, selon lui, à l'intégrité du système d'immigration et à la sécurité des Canadiens. Il affirme qu'il y a eu une multiplication par dix, entre 2012 et 2015, du nombre d'immigrants illégaux ayant été refoulés au poste frontalier en raison d'un dossier criminel, une prétention qu'il n'avait pas été possible de confirmer auprès de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) au moment d'écrire ces lignes.

Steven Blaney demande d'abord au gouvernement Trudeau de modifier la loi afin que les personnes interceptées après avoir traversé illégalement la frontière puissent être immédiatement amenées au poste frontalier le plus près et remises aux autorités américaines.

Il réclame également l'ajout d'environ 200 policiers à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et 200 autres agents à l'ASFC, afin d'intercepter les illégaux et en assurer le traitement rapidement. Une telle mesure représenterait un coût d'environ 40 millions $.

Il s'est défendu, au passage, d'avoir été responsable d'une réduction de personnel lorsqu'il était lui-même ministre de la Sécurité publique et responsable de l'ASFC sous le gouvernement Harper, affirmant d'une part que son gouvernement avait réinvesti dans ces services dans le budget de 2015 et, d'autre part, qu'il n'était plus de mise de blâmer les conservateurs un an et demi après leur défaite aux mains des libéraux.

Dans les faits, le gouvernement Harper avait éliminé 1137 postes à l'ASFC en 2012 et annoncé un réinvestissement de 5,4 millions $ sur cinq ans dans le budget de 2015, soit l'équivalent d'une cinquantaine de postes.

Enfin, Steven Blaney demande aux villes - et particulièrement au maire de Montréal, Denis Coderre - de "collaborer pleinement avec les autorités, plutôt que de faire un appel qui pourrait menacer notre sécurité, particulièrement en regard des immigrants illégaux avec des dossiers criminels".

L'aspirant-chef conservateur a ajouté que d'agir ainsi vient court-circuiter les immigrants qui veulent entrer au pays légalement.

Tout en se gardant de condamner la déclaration unanime des élus de la métropole de faire de Montréal une ville sanctuaire, M. Blaney a rappelé que le maire Coderre est lui-même un ancien ministre fédéral de l'Immigration dont la tâche consistait à travailler "pour assurer le respect et l'intégrité de notre système d'immigration".

Steven Blaney affirme qu'il est important que le Canada envoie "un signal" qu'il est un pays souverain qui fait respecter sa souveraineté territoriale en appliquant ses lois en matière d'immigration.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter