Le cauchemar du fentanyl en Colombie-Britannique (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le fentanyl, une drogue à peine connue il y a quelques années, fait aujourd'hui des ravages un peu partout au pays.

C'est le cas en Colombie-Britannique, où 914 personnes ont perdu la vie l'année dernière après avoir consommé cette drogue.

Avec l'arrivée du fentanyl dans les rues de Vancouver, s'injecter de l'héroïne est devenu aussi dangereux que de jouer à la roulette russe. Les morts s'accumulent depuis des mois, et pourtant la drogue est plus présente que jamais dans la ville.

« Tu sais jamais ce que tu prends. Toi, tu penses que c'est de l'héroïne, mais ça l'est-tu vraiment? Moi, j'essaie toujours de prendre du même dealer », affirme Daniel Lambert, toxicomane. Ce Québécois et son frère habitent un hôtel-appartement connu pour ses dizaines de fabricants et les nombreuses surdoses qui s'y produisent.

L'endroit est situé près du centre d'injection supervisée Insite.

Daniel est plâtrier. Il est venu à Vancouver pour profiter du boom de la construction entourant les Jeux olympiques. Depuis, il a tout perdu.

L'héroïne lui a d'abord permis de contrôler ses maux de dos. Puis, sans qu'il le sache, les revendeurs ont introduit du fentanyl dans ses doses.

Sa dépendance est maintenant telle qu'il ne vit que pour sa prochaine dose. « Le buzz grimpe tranquillement, ça fait comme une pression à la tête; puis, le soulagement, il vient tout de suite après — tu ne sens plus tes douleurs. »

Cent fois plus puissant que l'héroïne, le fentanyl était utilisé dans les années 90 par les médecins pour traiter les douleurs sévères liées, entre autres, aux cancers. Le crime organisé a rapidement récupéré la recette.

Le mariage héroïne-fentanyl a fait tout naturellement son apparition à Vancouver, une plaque tournante des drogues intraveineuses depuis des décennies. À Vancouver, 86 % des drogues testées à Insite contiennent du fentanyl

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a d'ailleurs décidé d'interdire l'importation et l'exportation non autorisées de six produits chimiques qui servent à la fabrication de cet opioïde.

Le fentanyl fabriqué dans des laboratoires illégaux est tellement puissant et efficace qu'il permet de multiplier par vingt les doses d'héroïne que l'on trouve sur le marché noir, ce qui rapporte des millions de dollars aux trafiquants.

« C'est en train de tuer tous mes amis. Tout le monde en meurt. Alors vous vous demandez pourquoi j'en prends? La dépendance, c'est puissant », affirme un toxicomane.

En fait, le mélange est tellement toxique que, pour réduire le nombre de victimes, la Colombie-Britannique recommande aux utilisateurs de le consommer avec un ami. Celui-ci peut alors appeler les ambulanciers en cas de surdose, ou simplement injecter de la naloxone, un antidote désormais distribué gratuitement par le gouvernement.

Les policiers de Vancouver disent avoir retrouvé des traces de l'opiacé dans tous les stupéfiants vendus dans la rue, sauf dans la marijuana.

La formule se propage dans les autres villes du pays.

Avec les informations d'Yvan Côté

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter