POLITIQUE

Ottawa signe une déclaration pour protéger les écoles dans les zones de conflit

21/02/2017 09:07 EST | Actualisé 21/02/2017 09:07 EST
A MAJEED via Getty Images
Pakistani children arrive at their school in Peshawar on December 20, 2014, after three days of mourning for the children and staff killed by Taliban militants in an attack on an army-run school. A Taliban massacre at a school is 'Pakistan's 9/11', the country's top foreign policy official told AFP, saying the assault that left 149 dead would change the country's approach to fighting terror. AFP PHOTO / A MAJEED (Photo credit should read A Majeed/AFP/Getty Images)

Le gouvernement canadien ajoute sa signature à une déclaration visant à protéger les écoles situées dans des zones de conflit, a annoncé mardi la ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau.

En paraphant la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, le Canada se joint à 57 autres pays, s'est réjouie la ministre fédérale dans un discours livré à Paris, soulignant que les "violations graves" commises contre les enfants sont en hausse dans plusieurs zones d'hostilités.

Dans son allocution, Mme Bibeau a plaidé que l'utilisation d'écoles à des fins militaires dans différentes régions du monde représentait une véritable source d'inquiétude pour le Canada, de tels actes contrevenant au droit humanitaire international pour la protection des civils.

Elle a précisé que les éléments contenus dans cette déclaration, qui est non contraignante, guideraient la planification et la conduite des opérations des Forces armées canadiennes en zone de conflit.

La ministre était accompagnée dans la capitale française par le lieutenant-général à la retraite et ex-sénateur Roméo Dallaire, qui a fait de la lutte au recrutement et à l'emploi d'enfants-soldats son cheval de bataille.

La Déclaration sur la sécurité dans les écoles a été élaborée à l'issue de consultations nationales menées par la Norvège et l'Argentine en 2015.

Voir aussi:

Des enfants syriens à l'école durant le conflit


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter