POLITIQUE

Mine du lac Bloom: Québec pourrait être intéressé si le projet est porteur

20/02/2017 03:32 EST
Bloomberg via Getty Images
Dominique Anglade, Canada's minister of economy and innovation, pauses while speaking during a news conference in Mirabel, Quebec, Canada, on Monday, Nov. 28, 2016. Bombardier is seeing increased momentum for its C Series jet family as the plane prepares to make its commercial debut, with airBaltic using the CS300 to gradually replace its Boeing Co. 737 fleet. Photographer: Valerian Mazataud/Bloomberg via Getty Images

Québec n'écarte pas la possibilité de donner un coup de pouce supplémentaire à la relance de la mine de fer du lac Bloom, située près de Fermont, si le projet est "porteur".

Le gouvernement est déjà partenaire du projet minier par le biais du Fonds Capital mines hydrocarbures, géré par Investissement Québec. L'an dernier, le fonds y a injecté 20 millions $, notamment pour mettre la main sur une participation de 36,8 pour cent dans la mine.

La société Champion recherche 327 millions $ pour relancer la mine, soit par des capitaux privés, soit par l'appui à la fois de capitaux privés et gouvernementaux.

Interrogée à ce sujet lundi, alors qu'elle participait à une conférence de presse à Montréal concernant la recherche sur les changements climatiques, la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade, ne s'est pas montrée réfractaire à l'idée, mais à certaines conditions.

"Nous, on est toujours à la recherche de projets qui sont porteurs. On regarde les possibilités d'investir. On cherche toujours à avoir des projets. Si le projet tient la route et qu'il est au bénéfice de l'ensemble de la population, on va le considérer", a indiqué la ministre Anglade.

Interrogée à savoir si le projet de Champion était déjà à l'étude

au ministère, à Investissement Québec ou à Ressources Québec, la

ministre a répondu: "on regarde de manière générale le projet; on

le suit de près".

Ressources Québec, une filiale du bras financier du gouvernement, pourrait octroyer un prêt de 6 millions $, mais rien n'a encore été finalisé à cet effet.

Le vice-président à l'ingénierie de la société minière, David Cataford, a indiqué vendredi que le contexte était beaucoup plus favorable à la relance de la mine cette année que l'an dernier ou il y a deux ans. Il a toutefois jugé possible également que le montage financier de 327 millions $ provienne entièrement de capitaux privés.

À VOIR AUSSI


Des mines de sel impressionnantes


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter