POLITIQUE

Commission d'enquête sur les journalistes : Premières audiences mardi

20/02/2017 03:44 EST | Actualisé 20/02/2017 04:17 EST

QUÉBEC – La Commission d’enquête sur la protection de la confidentialité des sources journalistiques tiendra ses premières audiences mardi et mercredi.

Dès 9:30, la commission présidée par le juge Jacques Chamberland entendra les groupes et individus qui souhaitent obtenir le statut de participant ou d’intervenant.

Vingt et une personnes ont demandé à pouvoir intervenir lors des audiences. Parmi celles-ci, on retrouve le Service de police de la Ville de Montréal, soupçonné d’avoir obtenu les métadonnées des téléphones cellulaires de certains journalistes pour connaître leurs sources au sein de ses rangs.

Fayçal Djelidi, sergent-détective soupçonné par le SPVM d’avoir alimenté le chroniqueur Patrick Lagacé, souhaite également obtenir un statut de participant, ce qui lui donnerait notamment accès aux documents déposés en preuve. Le policier du SPVM a été arrêté en juillet dernier et accusé de sollicitation de services sexuels contre rétribution, mais n'a pas encore été jugé pour ces accusations.

La Ville de Montréal et l’Opposition officielle à l’Hôtel de Ville souhaitent également pouvoir intervenir pendant les audiences.

De leur côté, la Sûreté du Québec, de même que les ministres et ex-ministres de la Sécurité publique, de même que toutes les autres instances gouvernementales touchées, seront représentées par le représentant de la Procureure générale du Québec, Me Jean-Yves Bernard.

Pour les médias, Me Christian Leblanc représentera la majorité des grandes entreprises qui souhaitent obtenir un statut de participants, dont La Presse, Radio-Canada et Cogeco.

Québecor et Le Devoir seront, pour leur part, représentés par Me François Fontaine et Me Julie Carlesso.

Ligne téléphonique muette

Si les avocats de la commission ont commencé à rencontrer les témoins, la ligne téléphonique confidentielle mise en place pour obtenir les témoignages des citoyens n’a pas permis de récolter la moindre information.

«On est disposés à recevoir toutes informations pertinentes», rappelle la porte-parole de la commission, Anne Dongois. Les citoyens qui souhaitent contacter les enquêteurs peuvent composer le 1 844 310-2433.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale