NOUVELLES

L'attentat en Suède inventé par Donald Trump fait bien rire les internautes

20/02/2017 07:10 EST | Actualisé 20/02/2017 07:24 EST

Après le massacre imaginaire de Bowling Green, et l'attentat fictif d'Atlanta en Géorgie c'est au tour de la Suède d'être frappée par une attaque terroriste... qui n'a jamais eu lieu!

Lors d'un rassemblement à Melbourne, en Floride, ce samedi 18 février, celui qui a déclaré combattre personnellement les "Fake News" a évoqué un incident en Suède qui se serait produit la veille. L'information était erronée, mais trouvait parfaitement sa place dans son discours sur liens entre les attaques terroristes et les réfugiés à travers le monde.

"Regardez ce qui se passe en Allemagne, regardez ce qui s'est passé la nuit dernière en Suède... La Suède... qui pourrait le croire? La Suède, ils ont accueilli en grand nombre, ils ont des problèmes qu'ils ne pensaient pas possibles. Regardez ce qui se passe à Bruxelles, regardez ce qui se passe partout dans le monde. Regardez Nice. Regardez Paris", a déclaré Donald Trump dans son discours virulent.

Le président a précisé, dès le lendemain, qu'il se référait à une information qu'il avait vu sur la chaîne américaine Fox News. Il s'agirait d'un entretien du cinéaste conservateur Ami Horowitz qui a lié un prétendu taux de criminalité croissant aux milliers de réfugiés que la Suède a accueillis. La nation a d'ailleurs accueilli plus de réfugiés par habitant que n'importe quel autre pays en Europe en 2015.

Cette mauvaise habitude de l'administration Trump est en tout cas devenu un sujet de plaisanterie sur les réseaux sociaux. En tête, les politiques suédois qui ne se sont pas fait prier pour tacler le président américain. C'est l'ex-Premier ministre Carl Bildt qui a ouvert le feu: "La Suède? Un attentat? Qu'est-ce qu'il a fumé?".

Gunnar Hokmark, un eurodéputé suédois, a retweeté un message d'un compatriote disant : "Hier soir en Suède, mon fils a laissé tomber son hot-dog dans le feu de camp. C'est tellement triste". "Mais comment Trump a-t-il pu le savoir?" se demande ironiquement le député dans son commentaire. Même l'ambassade de Suède aux États-Unis semble s'amuser de la situation: "Nous sommes impatients d'informer l'administration américaine des politiques suédoises en matière d'immigration et d'intégration".

Très vite, la fausse information a fait le tour de Twitter, sous les hashtags #lastnightinSweden (hier soir en Suède) et #SwedenIncident (incident en Suède). Devenu le sujet de moquerie préféré de la twittosphère, Donald Trump n'est pas épargné.

J.K. Rowling, qui s'est illustrée dans une guerre contre les pro-Trump sur Twitter car elle n'apprécie guère ni le 45e président des États-Unis, ni sa politique, ni ses partisans, a également commentée cette annonce de fausse attaque. Pleine d'ironie, l'auteure de la saga Harry Potter a recherché ce qui a fait l'actualité dans les vraies nouvelles suédoises. La plus grande histoire dans le pays durant le "jour de la terreur" était le sauvetage d'un cheval appelé Biscuit coincé dans un puits. "Faites sécher Biscuit!", commente le hashtag qui parodie le slogan "Make America Great Again" de Trump.

Beaucoup d'autres partagent des photos de l'"effroyable" attentat. En réalité, les internautes s'amusent à juxtaposer la mention d'attaque terroriste faite par Trump à des scènes banales, paisibles qui représentent la réalité tranquille du pays.

Les internautes se sont inévitablement emparés des plus grands symboles suédois comme Ikea ou le groupe ABBA, pour illustrer les conséquences de cette "horrible attaque".

"FLASH: La police suédoise partage la première photo du terroriste lourdement armé"

"Après ces dernières nuits, Ikea a lancé un nouveau produit"

"En réponse à la nuit dernière, la Suède a déployé ses forces d'élites les Super Troupers"

"Selon la Maison-Blanche quatre personnes ont été arrêtée après un énorme massacre fait à la mode il y a quelques années"

D'autres internautes font le rapprochement entre les folles déclarations de Donald Trump et le syndrome de Stockholm, qui porte le nom de la capitale suédoise. "Plus les Suédois entendent parler de Trump, plus ils le détestent. C'est un genre de syndrome de Stockholm inversé", ou encore "Amérique, si vous commencez à vous identifier avec votre président-ravisseur, s'il vous plaît appelez. Nous pouvons aider", commentent-ils.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 unes marquantes avec Donald Trump