NOUVELLES

Colombie: un policier tué, 31 personnes blessées dans une explosion à Bogota

19/02/2017 02:01 EST | Actualisé 19/02/2017 02:01 EST
GUILLERMO LEGARIA via Getty Images
Spanish bullfighter Ivan Fandino performs during a bullfight at Cesar Rincon bullring in Duitama, department of Boyaca, Colombia, on January 11, 2015. In Duitama, near Bogota, a bullring bets on replacing the capital's famous La Santamaria bullring, closed by the mayor in his crusade against animal abuse, but the lack of public shows that the bullfight is in crisis in Colombia. AFP PHOTO/Guillermo LEGARIA (Photo credit should read GUILLERMO LEGARIA/AFP/Getty Images)

Un policier a été tué et 31 personnes blessées dimanche dans une explosion survenue près des arènes de Bogota, a annoncé le maire de la capitale colombienne.

"Je déplore la mort de l'agent de police John Herrera", a écrit Enrique Penalosa sur Twitter. La mairie a évoqué "31 blessés, dont deux dans un état grave".

L'explosion serait due, selon M. Penalosa, à un "explosif", mais il n'a pas précisé sous quelle forme la charge (bombe, pétard, grenade...) avait été confectionnée, puis activée.

Le président colombien Juan Manuel Santos a, lui, qualifié sur Twitter l'explosion d'"attaque contre les policiers qui garantissaient la sécurité de La Macarena". Dans ce quartier du centre de Bogota se trouvent les arènes La Santamaria, où une corrida doit avoir lieu dans l'après-midi.

Les corridas y ont repris en janvier après une interruption de quatre ans, déclenchant une vague de protestations.

La corrida de dimanche n'a pas été annulée et le maire a encouragé tous ceux qui souhaitent s'y rendre d'y aller "sans crainte pour leur sécurité".

"Les terroristes ne vont pas nous intimider. Et nous ferons le nécessaire pour les appréhender", a-t-il ajouté, sans toutefois préciser si un groupe en particulier était soupçonné d'avoir déclenché l'explosion.

La mairie a également annoncé la tenue d'un conseil de sécurité extraordinaire à 15H00 à l'issue duquel les autorités donneront plus de détails sur l'enquête.

La réouverture de La Santamaria le 22 janvier a déclenché une intense vague de protestations et donné lieu à des affrontements entre la police et des groupes opposés à la tauromachie.

En 2012, la mairie de l'époque avait interdit l'utilisation de La Santamaria pour y organiser des corridas afin d'éviter "les tortures et le traitement cruel des animaux".

Sa réouverture est intervenue quatre ans plus tard après une décision de la Cour constitutionnelle.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter