Pour protester contre Trump, les Américains vivent une «Journée sans immigrés»

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Toucher l'Amérique à l'estomac. Des restaurants de plusieurs villes des États-Unis seront fermés ou tourneront au ralenti jeudi 16 février à l'occasion d'une "journée sans immigrés", un mouvement de protestation contre la politique de Donald Trump et né sur les réseaux sociaux. Les immigrés sont aussi appelés à ne pas sortir, acheter quoi que ce soit, ou emmener leurs enfants à l'école.

"Sans-papiers, résidents, citoyens, immigrés du monde entier. Unissons-nous", peut-on lire sur une affichette reprise sur les réseaux sociaux, appelant à la grève. "Monsieur le président, sans nous et sans notre soutien, ce pays est paralysé", poursuit le prospectus.

L'initiative est née après l'annonce la semaine dernière d'arrestations et d'expulsions de plus de 680 personnes en situation irrégulière dans plusieurs villes des États-Unis, dont les trois quarts avaient un casier judiciaire. Un nombre qui ne traduit pas d'intensification par rapport aux opérations menées sous le mandat du démocrate Barack Obama.

À Philadelphie, un reporter de la chaîne CBS estime qu'au moins une vingtaine de restaurants sera fermée, et que plus de 800 immigrés ne travailleront pas, rien que dans le sud de la ville. De San Francisco en Californie à Washington, de nombreuses enseignes ont signalé sur les réseaux sociaux qu'elles fermeront exceptionnellement.

"Cosecha sera fermé demain, jeudi 16 février, en soutien à la mobilisation des immigrés, des Latinos et des réfugiés"

"Nous serons fermés le jeudi 16 février en solidarité avec nos amis, nos familles et notre communauté. Merci pour tout. Vous êtes aimés et respectés. Vous êtes le meilleur de nous. #UnJourSansImmigrés"

"Nos portes seront fermées pour le déjeuner et le dîner le 16 février en solidarité avec tous les restaurants du pays #UnJourSansImmigrés #LesImmigrésNourrissentLAmérique"

"Nous serons fermés aujourd'hui pour le déjeuner, en soutien au #JourSansImmigrés. Nous ouvrirons à 4 heures. Nous sommes sincèrement désolés pour le dérangement."

"Quand tes cuisinières font grève, mais qu'elles font quand même tout le travail en avance pour l'amour et la famille. #UnJourSansImmigrés"

L'initiative est suivie par de grands restaurants. Le chef américano-espagnol José Andrés, doublement étoilé, a décidé de fermer cinq de ses établissements "en soutien" aux employés, a-t-il annoncé sur Twitter. Opposant de la première à Donald Trump, le chef est en litige avec le président américain après avoir renoncé à ouvrir un restaurant dans le luxueux et flambant neuf Trump Hotel de Washington à cause des propos du républicain contre les immigrés mexicains. Le milliardaire lui réclame plusieurs millions de dollars pour rupture de contrat.

Les portes de l'un de ses restaurants resteront toutefois ouvertes jeudi pour "servir nos clients et offrir un lieu de travail" aux employés qui ne voudraient pas faire grève, a indiqué sa direction sans préciser si les grévistes seraient rémunérés.

"En soutien pour notre peuple et le #JourSansImmigrés, nous n'ouvrirons pas le jeudi 16 février"

Le chef Rick Bayless a expliqué sur Twitter que 4 de ses restaurants à Chicago seront fermés.

"Par respect pour le vote de notre personnel, qui souhaite soutenir l'action civile immigrée de jeudi, nous fermerons le Frontera Grill, le Topolobampo, le Xoco et le Fonda Frontera"

Pour montrer à Donald Trump l'importance des populations immigrées dans l'économie locale et nationale des États-Unis, certains grévistes ont choisi de ne pas aller travailler ou de ne pas emmener leurs enfants à l'école.

"Généralement il y a plus de monde ici, mais c'est #UnJourSansImmigrés"

"Laura, notre coordinatrice de projets, est solidaire des autres immigrés du pays!"

"Il me manque 6 élèves ! Faites entendre votre voix !"
"Nous sommes actuellement deux seulement au bureau."

Cette mobilisation est un écho à une autre manifestation anti-Trump prévue pour la journée internationale de la femme le 8 mars, une "journée sans femme". Cette grève générale des femmes est une initiative des organisateurs de la Womens' march, une marche de femmes qui avait réuni plusieurs millions de personnes à travers le monde le 21 janvier, au lendemain de l'investiture du milliardaire, qui avaient exprimé leur peur et leur colère.

"À tous ceux qui participent à la "journée sans immigrés" demain à Washington, nous sommes avec vous." La population clandestine aux États-Unis est estimée à 11 millions de personnes. Les sans-papiers représentaient quelque 9% des employés du secteur de l'hôtellerie et de la restauration en 2014, selon le Pew Research Center.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
11 confessions de gens qui ont voulu renier leur famille à cause de Donald Trump
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction