L'équipe de campagne de Trump aurait eu des contacts répétés avec la Russie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'équipe de campagne de Donald Trump a eu des contacts répétés avec de hauts responsables des services de renseignement russes avant son élection à la Maison-Blanche, a affirmé le New York Times mardi.

Citant "quatre hauts responsables américains", encore en poste ou pas selon les cas, l'édition électronique du NYT affirme que des conversations téléphoniques enregistrées et des registres de conversations téléphoniques montrent des contacts répétés avec les services de renseignement russes.

"Les enquêteurs et les services de renseignement américains ont intercepté ces communications à peu près à la même époque où ils découvraient les preuves des tentatives russes de perturber l'élection présidentielle américaine en piratant le Comité national du parti démocrate", précise le New York Times.

La nature de ces supposés appels n'est par contre pas révélée.

Le seul membre de l'équipe de campagne du futur président Trump à être mentionné par le NYT est Paul Manafort, ancien président de la campagne du milliardaire républicain et ancien consultant politique en Russie et en Ukraine.

"C'est absurde", a réagi celui-ci auprès du quotidien new-yorkais: "Je n'ai jamais parlé en connaissance de cause avec des membres des services de renseignement russes, et je n'ai jamais été impliqué dans quoi que ce soit avec le gouvernement russe, ou l'administration Poutine, ou quelque dossier que ce soit actuellement objet d'une enquête".

"Ce n'est pas comme si ces gens là portaient des badges affirmant: 'je suis un agent des services de renseignement russes' ", a-t-il ironisé auprès du journal.

Selon le NYT, les services de renseignement américains enquêtent afin de déterminer "si l'équipe de campagne de Trump était de mèche avec les Russes dans le cadre de ce piratage ou d'autres tentatives de jouer sur le cours de l'élection".

Les hauts responsables interviewés par le NYT n'ont jusque-là pas vu d'éléments suggérant une telle coopération.

Moscou dément

Le Kremlin a qualifié mercredi d'"intox" ces informations.

"Ne croyez pas les informations des journaux, il est très difficile en ce moment de les différencier des intoxs et canulars", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d'un point-presse.

Soulignant que les sources citées par le journal américain étaient anonymes, M. Peskov a estimé que "le temps est peut-être venu que quelqu'un parle de tout ça à visage découvert".

"Si vous le voulez bien, attendons (que cela ait lieu) et ne croyons pas à des informations anonymes, ce sont des informations appuyées par aucun fait", a-t-il martelé.

Voir aussi:

Close
Trudeau rencontre Trump (13 février 2017)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter