POLITIQUE

La grève étudiante de 2012 a permis aux étudiants actuels d'économiser 1465 $ par an

14/02/2017 12:37 EST | Actualisé 14/02/2017 12:38 EST

Une étude conclut que la grève étudiante de 2012 a permis aux étudiants à temps plein à l'université d'économiser 1465 $ par année.

LIRE AUSSI

»Reverra-t-on un autre printemps érable?

L'étude réalisée par l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS), dont La Presse canadienne a obtenu copie, indique que si les droits de scolarité avaient été haussés comme prévu par le gouvernement libéral de Jean Charest avant la grève, un étudiant à temps plein devrait débourser cette année 3793 $.

Or, la réalité du printemps érable a plutôt fait que ce même étudiant paie 2328 $ en droits de scolarité.

L'économie pour un étudiant est donc de 1465 $ par année, a souligné au cours d'une entrevue, mardi, le chercheur et auteur de l'étude, Philippe Hurteau.

Il estime qu'il est difficile de conclure autrement qu'au succès de la grève étudiante de 2012, puisque celle-ci avait précisément pour but de bloquer la hausse envisagée des droits de scolarité et de favoriser ainsi l'accessibilité aux études universitaires. Et ces deux objectifs ont été atteints, selon lui.

"Après, effectivement, il y a des interprétations plus politiques, plus sociales. Et le mouvement a débordé de beaucoup la grève comme telle. Il y a plein d'objectifs qui se sont joints en cours de route. Les gens voulaient remettre en question l'ordre néolibéral et plein de choses _ il faut se calmer un petit peu. Mais pour les objectifs prioritaires au moment du déclenchement de la grève, il est assez difficile, au regard des données, aujourd'hui, de ne pas conclure que ça a été un succès", tranche M. Hurteau.

printemps erable

La question du financement des universités et de la part de leurs études que les étudiants doivent défrayer doit justement être abordée lors du Rendez-vous national sur la main-d'oeuvre, qui se tiendra jeudi et vendredi à Québec.

La Fédération des chambres de commerce du Québec, par exemple, estime que les droits de scolarité devraient être augmentés.

"Les étudiants ne contribuent pas suffisamment au coût de leur formation. Les droits de scolarité sont dorénavant indexés à l'évolution du revenu disponible des ménages québécois, ce qui, à tout le moins, stabilise leur contribution au financement des universités. Mais cela demeure insuffisant", affirme la Fédération dans son mémoire.

Voir aussi:

«Insurgence», le printemps érable comme si vous y étiez

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter