NOUVELLES

Premier contact Dodge Challenger GT 2017: la pony car intégrale

13/02/2017 09:13 EST | Actualisé 13/02/2017 09:13 EST

Parfois, on apprend des faits intéressants lors de lancements de nouveaux véhicules. Dans le cas de la présentation de la nouvelle Dodge Challenger GT 2017 à traction intégrale, les gens de Dodge nous ont fait savoir qu’une grande proportion de consommateurs qui songe à une Challenger ont aussi la Charger dans leur mire, plus que toute autre voiture.

LIRE AUSSI:

»Essai routier Dodge Challenger SRT 392 2017

La plupart du temps, en particulier pour les acheteurs qui habitent là où la neige fait partie de la vie, ces consommateurs optent ultimement pour la Charger puisqu’elle est offerte avec la traction intégrale. Voilà ce qui explique le raisonnement derrière la venue de la Challenger GT. Entre vous et moi, le muscle car de FCA est bien plus un jouet pour l’été qu’une voiture quatre saisons et l'ajout d'un rouage intégral n'était pas nécessaire. Mais bon, ce n’est pas moi qui décide.

L’intégrale de l’histoire

Vous aurez compris sans doute que le système de traction intégrale de la Challenger provient de la Charger. Puisqu’elles partagent la même plateforme, le développement de la GT n’a pas pris trop de temps. Le système à traction intégrale des deux voitures est du type à répartition active et variable du couple avec désaccouplement complet de l’essieu avant.

La boite de transfert active les roues avant selon des critères établis, soit par l’intervention humaine (mise en mode Sport), par les conditions de la route ou par d’autres facteurs tels que la température ambiante. Lors de la journée d’essai, le thermomètre n’a jamais dépassé les six degrés Celsius alors nous avons roulé en mode quatre roues motrices toute la journée.

Jusqu'à 38% du couple généré par le moteur peut se rendre aux roues avant ce qui se traduit en une conduite stable et dynamique même dans les conditions les plus extrêmes. Malgré la présence des pneus d’origine quatre saisons, le plaisir de découvrir la traction supplémentaire de la Challenger GT fut un réel plaisir.

Les ingénieurs de FCA nous ont fait un cadeau en permettant la désactivation complète du contrôle de stabilité, permettant en un rien de temps de mettre la voiture de travers.

L’envers du plaisir

Jumelé à la traction intégrale de la Challenger GT, on retrouve un V6 de 3,6 litres aussi offert sur les versions de base de la Challenger à propulsion ainsi qu'une boite automatique à huit rapports. Les 305 chevaux et 268 lb-pi de couple sont suffisants pour les randonnées paisibles, mais nous sommes loin d'un vrai muscle car.

En réalité, les accélérations sont plutôt pénibles, tout comme les reprises. Le manque de puissance à bas régime est en cause, tout comme un supplément de poids de près de 90 kg comparativement à une Challenger à propulsion. Une fois que le régime du moteur dépasse 4 500 tr/min, par contre, la situation s’améliore un peu.

Pour la suspension de la Challenger GT, Dodge s’est tourné vers la Charger encore une fois, plus spécifiquement la version Pursuit réservée à la police. L’utilisation des ressorts et amortisseurs de cette dernière ont pour effet de raffermir le roulement de l’auto. Sur une route lisse, son comportement étonne et c'est plus sportif que bien d'autres versions plus puissantes de la Challenger. En revanche, sur une surface accidentée, comme on les connait dans notre Belle Province, c’est beaucoup moins agréable. L’amortissement et le débattement insuffisant de la suspension se traduisent par un sautillement constant et désagréable.

Toujours aussi belle

Sans doute, c’est une question de gout et ça ne se discute pas, mais la Challenger demeure selon moi la plus sexy des pony cars offertes sur le marché à l'heure actuelle. En version GT, elle gagne des jantes uniques de 19 pouces, des phares antibrouillard et un aileron, notamment.

L’habitacle est toujours aussi convivial, arborant un mélange de moderne et de rétro. L’espace est adéquat à l’avant et le confort est acceptable. De ce point de vue, nous sommes vraiment à bord d’une voiture GT classique.

Une GT pour vous?

La Dodge Challenger GT est attendue pour la fin de l’hiver et son prix de départ est fixé à 38 545$. Pour ma part, je préfère encore la version 392 HEMI Scat Pack Shaker avec une boite manuelle à 6 rapports, propulsion ou pas. Mais si vous ne voulez pas remiser votre bijou l'hiver venu, la Challenger GT est pour vous et pour le moment, c'est la seule option à traction intégrale dans ce segment.

Premier contact Dodge Challenger GT 2017

Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter