POLITIQUE
07/02/2017 07:08 EST | Actualisé 07/02/2017 07:08 EST

Gaétan Barrette règle ses comptes avec Fatima Houda-Pepin

Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n'a toujours pas digéré que son ancienne rivale politique Fatima Houda-Pepin ait insinué qu'il a bénéficié d'élections « clé en main », en 2014. Il a passé l'après-midi de lundi à la barre des témoins au procès en diffamation intenté par le maire de Brossard, Paul Leduc, contre l'ancienne députée libérale.

Un texte de Geneviève Garon

Les trois années qui se sont écoulées depuis son élection dans la circonscription de La Pinière à Brossard n'ont visiblement pas apaisé la frustration de Gaétan Barrette contre celle qui l'a précédé, Fatima Houda-Pepin.

Une semaine avant le scrutin du 7 avril 2014, la candidate indépendante, récemment divorcée du Parti libéral du Québec (PLQ), avait écrit une lettre publiée sur le site Internet de l'hebdomadaire local Le Rive-Sud Express.

Sous le titre : « Ce que Fatima n'a jamais dit sur Paul Leduc et que plusieurs savent à Brossard », celle qui a été élue dans La Pinière de 1994 à 2014, critiquait vertement le maire de Brossard. « Paul Leduc a donné des instructions aux membres de son parti de travailler pour Gaétan Barrette. Plusieurs d'entre eux s'activent dans son organisation », écrivait-elle. Elle affirmait qu'il s'agissait d'une élection « clé en main » pour Gaétan Barrette et ajoutait au passage que Paul Leduc avait utilisé un système de prête-noms pour acheter des billets à une activité de financement. Elle a par la suite répété ses propos lors de différentes entrevues.

Pour le maire de Brossard, qui cumule 18 années à la tête de la Ville de façon discontinue, ces propos sont sans fondement. « Ces attaques proférées à maintes reprises par la défenderesse sont empreintes de malice et de mauvaise foi », peut-on lire dans les documents de cour. Paul Leduc soutient qu'il s'agit d'une atteinte à sa réputation et poursuit Mme Houda-Pepin pour 24 000 $. Le procès civil a commencé lundi au palais de justice de Longueuil.

Des allégations diffamatoires « meurtrières » selon Gaétan Barrette

Gaétan Barrette a été le second témoin et il n'est pas plus tendre envers Fatima Houda-Pepin.

« C'était extrêmement insultant et dommageable », a-t-il affirmé devant la juge Chantal Sirois, de la Cour du Québec. Il soutient que dès que ces déclarations ont été diffusées pendant la campagne, des dizaines d'électeurs lui ont posé des questions. « Les élections clé en main sont associées à la corruption », dit-il, en rappelant les scandales municipaux de Laval, Mascouche et toutes les révélations de la Commission Charbonneau. « Le grelot des élections clé en main accroché à mon cou ne peut pas être neutre », ajoute-t-il.

Gaétan Barrette nie toute ingérence de Paul Leduc dans sa campagne électorale et affirme ne l'avoir rencontré qu’une seule fois lorsqu'il a été nommé candidat pour le PLQ. Selon lui, « les candidats vont toujours rencontrer les élus municipaux » afin de discuter des enjeux.

Les allégations ne l'ont toutefois pas empêché de remporter la circonscription avec 15 503 voix d'avance sur Fatima Houda-Pepin. Questionné par l'avocat de la défenderesse sur le fait que les propos avaient eu peu de conséquences, Gaétan Barrette a rétorqué qu'il était facile de faire ce constat « rétrospectivement ».

Il accuse aussi Fatima Houda-Pepin d'avoir entretenu de la confusion lors de la campagne électorale en se présentant comme la « seule candidate libérale ».

Gaétan Barrette ramené à l'ordre

Pendant son interrogatoire en chef mené par Raphael Ferraro, Gaétan Barrette s'est permis quelques remarques qui relevaient de l'opinion. La juge Chantal Sirois l'a sommé à quelques reprises de s'en tenir aux questions qui lui étaient posées. « Parlez-nous des faits, ne donnez pas votre opinion », a-t-elle dit.

Gaétan Barrette a tout de même partagé certaines de ses réflexions avec la Cour : « J'aurais été même jusqu'à dire que Fatima Houda-Pepin aurait été heureuse que le PLQ perde ». Puis, avec un sourire, il a ajouté : « Je retire mon commentaire ».

Fatima Houda-Pepin veut témoigner pour sa défense

En marge des témoignages, l'ancienne politicienne a affirmé à Radio-Canada que la « vérité » sera connue lorsqu'elle livrera sa version des faits. Elle a aussi fait allusion aux « nombreux commentaires » que Gaétan Barrette reçoit sur les réseaux sociaux. « Et ça ne change rien, il est encore ministre », a-t-elle dit. Mme Houda-Pepin est représentée par Julius Grey.

Paul Leduc poursuit également pour diffamation Alphonse Lepage, l'ancien maire de Brossard. Ce dernier aurait affirmé que Paul Leduc a souvent critiqué Fatima Houda-Pepin. Il aurait aussi dit que M. Leduc n'a « jamais accepté qu' ''une Marocaine'' comme il se plaît à le dire, représente notre comté ». Il lui réclame 15 000 $.

Le procès doit durer cinq jours.

L'ancien premier ministre libéral Daniel Johnson fils fait partie des derniers témoins de Paul Leduc.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter