POLITIQUE

Malgré le rapport du DPCP, Manon Massé croit Alice Paquet (VIDÉO)

02/02/2017 03:01 EST | Actualisé 02/02/2017 03:05 EST

QUÉBEC – Bien que le Directeur des poursuites criminelles et pénales ait blanchi le député Gerry Sklavounos de tous soupçons, Manon Massé continue de croire la version d’Alice Paquet.

Cette dernière a affirmé en octobre dernier avoir été violée par le député Gerry Sklavounos. Jeudi, le DPCP a rejeté ces allégations en termes non équivoques : «aucun acte criminel n’a été commis», écrit-il.

Invitée à commenter l’affaire quelques minutes après l’annonce du DPCP, la députée solidaire Manon Massé a maintenu qu’elle croit toujours la version de la plaignante. «Bien sûr que je la crois, bien sûr que je la crois», a-t-elle lancé en point de presse.

«Je la crois, comme j'ai cru mes soeurs autochtones pendant des années, alors que nous, on ne les croit — «nous», le «nous», c'est collectif — on ne les croyait pas», a-t-elle ajouté.

Manon Massé estime que le système de justice fait preuve de «discrimination systémique» quand vient le temps de traiter des cas de violence sexuelle.

Par ailleurs, la députée solidaire n’a pas voulu dire si Gerry Sklavounos devrait réintégrer ses fonctions à l’Assemblée nationale, bien que ses propos laissaient peu de doute sur son avis à ce sujet : «[…] je dirais que la posture des députés doit être hors... doit être ‘‘plus blanc que blanc’’, c’est l'expression consacrée. Et je pense que ce sera à M. Sklavounos, dans son humble conscience, ça sera au premier ministre dans son caucus...».

INOLTRE SU HUFFPOST

Rassemblement à l'Université Laval contre les agressions sexuelles