BIEN-ÊTRE

Mode à Milan: les jeunes stylistes jouent sur les contrastes

16/01/2017 02:48 EST | Actualisé 16/01/2017 02:48 EST
Estrop via Getty Images

Mélanges de couleurs, de matières ou d'époques... Les valeurs montantes de la mode ont présenté lundi à Milan des collections riches de contrastes pour des vêtements masculins, ou féminins, du quotidien.

Charlier: premiers pas pour l'homme

Pour la première collection masculine de sa carrière, le Belge Cédric Charlier, 38 ans, a puisé dans l'univers du peintre abstrait Kasimir Malevitch.

"J'ai pensé à son art pour travailler des formes géométriques avec des couleurs chromatiques, des éléments qui sont proches de mon langage", a expliqué le styliste à la presse après son défilé.

"Je suis parti d'une garde-robe plutôt classique pour aller vers le sportswear et, à l'inverse, de vêtements sportifs que j'ai essayé de sophistiquer", a-t-il précisé.

Très présentes dans la collection, les couleurs vives sont parfois mariées avec audace, comme le bleu roi d'une veste et le jaune citron d'un pantalon ou encore sur un manteau orange devant et noir dans le dos.

Chez Cédric Charlier, les femmes peuvent être féminines en total look jaune, de la robe longue dos nu aux bottes vernies, ou en robe bustier en velours noir. Mais elles sont aussi un peu garçon dans un manteau long ou une parka zippée sur le devant associée à un large pantalon.

Pour l'homme, le styliste belge passé par Lanvin et Cacharel a prévu un vestiaire aux coupes nettes où les manteaux droits camel ou lie de vin, portés sur des pantalons bouffants, côtoient le costume gris plus classique. Parfois, il ose le pantalon de peau en patchwork.

Wood Wood et les années hip-hop

La collection automne-hiver 2017-2018 présentée par le jeune label danois Wood Wood tire son inspiration du streetwear new-yorkais des années 1990, qu'il mélange avec l'esthétique moderne de l'enseigne.

Ses fondateurs Karl-Oskar Olsen and Brian Jensen, qui ont grandi en pleine vague hip-hop, rendent un hommage à cette période en mixant des vêtements de travail à des pièces sportswear plus contemporaines.

Des drapeaux de signalisation maritime sont présents sur l'ensemble du vestiaire qui, outre des vêtements nautiques, comprend des blousons d'aviateur ou des bombers, portés sur des sweats à capuche ou des chemises de flanelle.

Pour les filles comme pour les garçons, les doudounes rouges sont portées sur des pantalons courts.

La partie féminine de la collection se caractérise par les éléments typiques des années 1990 comme la taille haute et la silhouette évasée.

Outre les bleus sombres emblématiques de la marque, la palette de couleurs va du rouge vif au marron en passant par le gris, le vert forêt ou le kaki.

Miaoran et l'identité

Invité à la fashion week par la Chambre nationale de la mode italienne (CNMI), le Chinois Miaoran, qui aura 30 ans cette année, a présenté une collection centrée sur le concept d'identité. Et sur la question: "Suis-je vraiment le vêtement que je porte ?".

Élément fondamental de sa garde-robe, le vêtement d'extérieur est décliné sous forme de manteaux ou vestes, mais aussi via différentes matières qui vont de la laine Casentino au velours brillant ou au feutre.

Pour l'homme, le classique manteau long côtoie le blouson Montgomery à capuche, le bomber ou le manteau sans col.

L'hiver prochain, la garde-robe Miaoran sera complétée par quelques accessoires comme des chaussettes jacquard, des casquettes ou des cartables.


Mode hiver 2018: le défilé Wood Wood à Milan


À VOIR AUSSI