POLITIQUE

40 000 drapeaux pour toutes les occasions diplomatiques au Canada

31/12/2016 01:19 EST | Actualisé 31/12/2016 01:19 EST
Radio-Canada

Le gouvernement fédéral conserve à Ottawa près de 40 000 drapeaux de différents pays pour rendre honneur à un dignitaire étranger en visite ou souligner un événement spécial.

Quand le vice-président américain, Joe Biden, est venu à Ottawa un peu plus de deux semaines avant Noël, il aurait pratiquement pu se croire à la maison.

Tout le trajet entre l’aéroport et la colline du Parlement avait été décoré avec des drapeaux américains; environ 200 avaient été installés à l’extérieur, sans compter les dizaines au parlement, dans la salle où a eu lieu le diner officiel et au centre des conférences, où Joe Biden rencontrait les premiers ministres des provinces le lendemain matin.

« C'est important pour nous de bien recevoir », explique Elizabeth Rody, la chef du Protocole pour le Parlement. « C'est une marque de respect pour le chef d'État, le chef de gouvernement, mais aussi pour la nation. »

drapeaux

Un entrepôt pas comme les autres

Mais encore faut-il avoir le matériel nécessaire pour faire honneur à un dignitaire étranger, même s’il s’annonce à la dernière minute.

Dans un entrepôt plutôt banal, à quelques pâtés de maisons du parlement, une demi-douzaine d’employés du gouvernement sont chargés de préserver, d’entretenir et de préparer tous les outils du protocole canadien.

Derrière les lutrins, les podiums, les cordons et les dizaines de rouleaux de tapis rouge, se trouvent plusieurs rangées d’étagères remplies de boîtes. Celles-ci sont pleines de drapeaux.

« Ici, nous avons les drapeaux de tous les pays avec lesquels le Canada a des relations diplomatiques », lance fièrement Carmen Barcena, chef de la section protocole et cérémonies pour Service public et Approvisionnement Canada. « Au minimum, 25 de chaque pays. »

Presque chaque pays a sa place sur les étagères en ordre alphabétique, de même que les organisations internationales comme la Francophonie, le Commonwealth, les provinces et les territoires.

Des drapeaux traités aux petits oignons

drapeaux

Pour chaque sortie, les drapeaux sont repassés et montés un à un sur les hampes qui seront utilisées pour l’occasion. Le travail est précis, minutieux, le résultat, impeccable.

Chaque fois qu’un drapeau revient à l’entrepôt, il est lavé et inspecté attentivement, pour s’assurer qu’il ne comporte ni tache ni déchirure. Tout étendard qui ne répond pas aux normes est immédiatement sorti de la rotation des stocks et éliminé, conformément aux règles internationales.

« On les fait incinérer », explique Carmen Barcena. « On ne peut plus les utiliser et on ne veut pas que quelqu’un les sorte de la poubelle. Tous les pays font la même chose. »

Entre les visites de dignitaires et les fêtes officielles, l’entrepôt de drapeaux du gouvernement canadien offre aussi ses services au public. Les écoles, les clubs sportifs et les églises sont parmi les plus importants clients, mais n’importe qui peut faire appel à l’équipe de Carmen Barcena.

Pour environ 25 $ par semaine, il est possible de louer un drapeau, une hampe et un pied. Le tout livré et monté selon les règles d’or, évidemment.


VOIR AUSSI:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter