DIVERTISSEMENT

«Making a Murderer»: les procureurs réfutent la version de Brendan Dassey

22/12/2016 02:13 EST | Actualisé 22/12/2016 02:54 EST

Un détenu du Wisconsin présenté dans le documentaire de Netflix Making a Murderer n'a aucune raison de dire que son aveu n'était pas volontaire et il ne devrait pas être libéré de prison comme un juge l'a ordonné, ont argué les procureurs de l'État dans un document remis à la cour.

Brendan Dassey, maintenant âgé de 27 ans, a été condamné à la prison à vie en 2007 relativement à la mort de la photographe Theresa Halbach, survenue deux ans plus tôt. Il avait dit à des enquêteurs qu'il avait aidé son oncle, Steven Avery, à violer et tuer Mme Halbach dans la résidence de la famille Avery située dans le comté de Manitowoc.

Un juge fédéral a renversé la condamnation de M. Dassey en août, estimant que les enquêteurs avaient forcé le jeune homme à se confesser. Le magistrat a accepté l'argument de M. Dassey, selon lequel les enquêteurs auraient profité de sa jeunesse et de ses problèmes cognitifs. M. Dassey était âgé de 16 ans lorsqu'il avait été interrogé.

Le département de la Justice de l'État du Wisconsin a porté en appel le jugement à la Cour d'appel des États-Unis pour le septième circuit.

Une équipe d'avocats du département ont affirmé dans un mémoire déposé mercredi que les allégations de M. Dassey étaient sans fondement.

Les enquêteurs n'ont offert aucune récompense à M.Dassey pour ses aveux et ils se sont montrés beaucoup moins insistants que dans d'autres affaires impliquant des mineurs, ont-il fait valoir.

Quant à ses problèmes cognitifs, les avocats répondent que le jeune homme allait à l'école secondaire et qu'il a plusieurs fois résisté aux questions qui lui étaient posées.

M. Dassey aurait également fourni des détails qui n'avaient pas été avancés par les enquêteurs.

Les avocats de Brendan Dassey n'avaient pas répondu aux courriels de l'Associated Press au moment d'écrire ces lignes.

Steven Avery a été condamné à la prison à vie au terme d'un procès distinct. Il porte sa propre cause en appel.

VOIR AUSSI:

Les procès les plus ridicules de l'histoire

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter