DIVERTISSEMENT

Le droïde K-2SO, la vraie révélation de «Rogue One: A Star Wars Story»

14/12/2016 07:43 EST | Actualisé 14/12/2016 07:51 EST

k 2so


Les personnages secondaires sont toujours importants, notamment dans l'univers, bien peuplé de ce côté, de Star Wars. Quand ils sont réussis, à l'instar de Chewbacca, C3PO et R2D2, ils donnent du sel au film. Quand ils sont ratés, comme ce pauvre Jar Jar Binks, ils sont la cible de critiques et sont accusés de gâcher le long métrage.

Dans "Rogue One : A Star Wars Story", ce rôle échoue notamment à K-2SO, un nouveau droïde qui apparaît tout au long de l'aventure aux côtés de Jyn Erso et Cassian Andor.

ATTENTION SPOILERS


Vous êtes vraiment sûr de vous ?

Vous voulez lire la suite ?

Alors, c'est parti.

Dans l'épisode 7 de J.J. Abrams, "Le Réveil de la Force", le droïde BB-8 semblait être une copie de R2D2, avec son look de culbuto et ses "répliques" de clowns. Mais ici, même K-2SO parle et dispose d'une apparence proche de l'humain, il n'a rien à voir avec C-3PO.

Alors que le droïde de protocole est une sorte de majordome bien élevé et souvent outré, K-2SO est lui bien plus cynique. Et ça marche. L'ancien robot de l'empire a été reprogrammé par la résistance, mais cela a mal tourné. On a l'impression qu'il dispose de son libre arbitre, n'hésite pas à donner son avis même quand on ne lui demande pas, affirme sans détour s'il apprécie ou pas un coéquipier... Le tout assorti de calculs statistiques sur les chances de succès hasardeuses des missions de Jyn et Cassian.

interprété par Alan Tudyk et transformé en métal grâce aux images de synthèses, l'impressionnant droïde de plus de 2 mètres est surtout bourré d'un humour cynique, avec des blagues qui tombent au bon moment, notamment lorsque la tension est à son comble, pour clôturer une scène.

Au vu de ses premières répliques dévoilées dans les bandes-annonces, très froides, calculatrices, certains fans avaient fait le rapprochement avec le droïde fou du jeu vidéo KOTOR, HK-47. Le robot tueur est un des personnages les plus appréciés des joueurs, notamment du fait de son caractère fou, calculateur et prêt à tout pour semer la destruction.

LIRE AUSSI:

» «Rogue One»: les 10 choses à savoir

» L'opinion de l'héroïne de «Rogue One: une histoire de Star Wars» sur les personnages est hilarante

» Combien coûterait l'Étoile de la mort de Star Wars dans la vraie vie

Un jeu de scène très travaillé

Mais K-2SO n'est pas un robot du côté obscur. C'est plutôt un droïde qui se veut indépendant et n'hésite pas à réagir sans filet, avec des scènes parfois cocasses, une sorte de mélange entre un Chewbacca et Marvin, le robot triste de H2G2, le Guide du voyageur intergalactique.

Selon la production, Alan Tudyk y est pour beaucoup. "Alan est brillant. Il improvisait tout le temps, il balançait des trucs hilarants et on explosait tous de rire", affirme ainsi Felicity Jones dans le dossier de presse de Rogue One.

Dans une interview à Wired, l'acteur raconte avoir expliqué au réalisateur Gareth Edwards qu'avec un personnage réalisé en images de synthèses, il faut tester et retester chaque scène, essayer diverses possibilités, pour trouver les meilleures répliques, les meilleurs gestes.

Le résultat est à la hauteur. K-2SO arrive à faire rire, mais est aussi attachant, avec son air de robot triste, qui souhaite être considéré comme un membre à part entière de l'aventure et non, justement, comme un simple clown. Les derniers instants du film le font même paraître quelque peu humain. Espérons que les prochains droïdes inventés par Disney seront à la hauteur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Celebs And Their Kids At The 'Rogue One' Premiere