NOUVELLES

Accord pour des évacuations imminentes de rebelles et civils d'Alep

13/12/2016 10:53 EST

Les rebelles et les civils étaient sur le point d'être évacués d'Alep aux termes d'un accord conclu mardi, une opération qui marquera la fin de plus de quatre ans de rébellion face au régime dans cette deuxième ville de Syrie.

Sur le terrain, les armes se sont tues depuis le milieu de l'après-midi après quatre semaines de bombardements intenses sur les quartiers tenus par les insurgés dans la partie orientale d'Alep, selon une journaliste de l'AFP et une ONG syrienne.

L'accord d'évacuation a été annoncé par des groupes rebelles et confirmé par la Russie et la Turquie, parrains respectifs du régime de Bachar al-Assad et de l'opposition, après un tollé international suscité par des atrocités qui auraient été commises contre les civils dans les quartiers repris par l'armée.

Des milliers de personnes restent assiégées dans les derniers quartiers rebelles d'Alep en passe de tomber aux mains du régime qui remportera ainsi sa plus grande victoire depuis le début du conflit en Syrie en 2011.

Selon un responsable d'un influent groupe rebelle à Alep, l'accord visant à évacuer "les habitants et les rebelles avec leurs armes légères des quartiers assiégés", a été conclu "sous la houlette de la Russie et de la Turquie" et "entrera en vigueur dans les prochaines heures".

"Les blessés et les civils seront évacués" en premier puis suivront les rebelles, a déclaré à l'AFP Yasser al-Youssef, du groupe Noureddine al-Zinki. En sortant, "ils choisiront de se rendre soit dans l'ouest de la province d'Alep ou vers la province d'Idleb (nord-ouest)", des régions sous contrôle rebelle.

Arrêt des combats à Alep

Dans le quartier de Salaheddine, où se trouvent encore des rebelles, de nombreux bus attendaient le début de l'opération d'évacuation, selon un photographe travaillant pour l'AFP.

A New York, où une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU s'est tenue, l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a confirmé un accord pour évacuer les rebelles d'Alep, qui pourrait intervenir "dans les heures qui viennent".

Il a aussi affirmé que les combats avaient cessé.

Son homologue américaine à l'ONU Samantha Power a réclamé des "observateurs internationaux impartiaux" pour superviser l'évacuation des civils qui "ont peur d'être abattus dans la rue ou emmenés vers un des goulags d'Assad".

Les Affaires étrangères turques ont parlé "d'un cessez-le-feu" à Alep et d'un "consensus" pour que les civils suivis par des groupes d'opposition soient évacués en direction d'Idleb.

Selon l'OSDH, il n'y a plus ni raids aériens ni tirs d'artillerie depuis l'après-midi.

Déjà, plus de 130.000 civils ont fui les quartiers Est, selon l'OSDH.

Soumis depuis quatre semaines à de violents bombardements aériens et à l'artillerie, les rebelles ont perdu la quasi-totalité de leur ancien bastion d'Alep-Est conquis en 2012 et sont cantonnés surtout dans le grand quartier d'al-Machad.

Une reprise totale d'Alep permettra au régime de contrôler les cinq plus grandes villes du pays, avec Homs, Hama, Damas et Lattaquié. Un revirement rendu possible par le soutien crucial de Moscou, allié indéfectible du régime.

Cruauté barbare

Incapable d'arrêter la machine de guerre du régime de Bachar al-Assad qui a reconquis la quasi-totalité d'Alep à la faveur d'une offensive dévastatrice lancée le 15 novembre, la communauté internationale a tenté d'y stopper le drame humanitaire.

Le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, Rupert Colville, a fait état "d'informations indiquant que des forces progouvernementales avaient tué au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants" dans des quartiers de la ville repris par l'armée.

Le chef du groupe de travail sur l'aide humanitaire en Syrie, Jan Egeland, a dénoncé "les atrocités commises par les milices victorieuses à Alep".

En écho, le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a condamné les "innombrables atrocités" commises par le régime qui peuvent constituer des "crimes contre l'Humanité". Et Londres a demandé le départ de M. Assad accusé d'une "cruauté barbare".

"Nous espérons que cela fonctionne. Nous sommes prêts mais nous voulons connaître les modalités" de l'opération d'évacuation, a déclaré à l'AFP Ibrahim Abou al-Leith, porte-parole des Casques Blancs, ces secouristes dans le secteur rebelle.

"Franchement, je ne veux pas partir. Personne n'est heureux d'être chassé de son pays", a-t-il ajouté.

Ruines à perte de vue

L'armée syrienne et ses alliés, des combattants iraniens et du Hezbollah libanais, contrôlent désormais plus de 90% d'Alep-Est, selon l'OSDH.

La télévision d'Etat a diffusé des images filmées dans les quartiers repris aux rebelles: des ruines et des gravats à perte de vue.

Quittant cette zone, des centaines d'hommes et de femmes formaient une file sans fin et avançaient à petits pas dans le froid et la boue, certains emmitouflés dans des couvertures ou des manteaux, portant leurs enfants et leurs maigres possessions dans des sacs en plastique.

"Alep est dans une situation d'urgence absolue: environ 100.000 personnes sont encore piégées sur un territoire de 5 km carrés", a déclaré à l'AFP la présidente de Médecins du Monde, Dr Françoise Sivignon, appelant à sauver les civils de cet "enfer".

En quatre semaines, l'offensive a coûté la vie à plus de 463 civils à Alep-Est selon l'OSDH, tandis que 130 civils étaient tués par des tirs rebelles à Alep-Ouest.

Le conflit en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 310.000 morts et jeté hors de leurs foyers plus de la moitié de la population.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter