POLITIQUE

Chefferie du Bloc québécois: Martine Ouellet pourrait siéger comme indépendante

12/12/2016 07:35 EST | Actualisé 12/12/2016 07:36 EST

Dans la perspective où elle choisirait de se porter candidate à la direction du Bloc québécois, Martine Ouellet songe à devenir députée indépendante. Le prochain chef du parti pourrait être nommé le 22 avril, seloh la proposition qui sera faite en Conseil général le 4 février.

Un texte d'Hugo Lavallée

La semaine dernière, après avoir annoncé être « en réflexion », Mme Ouellet avait laissé entendre qu'elle pourrait continuer à siéger comme députée de Vachon à l'Assemblée nationale, tout en prenant part à la course à la direction du Bloc et même, le cas échéant, en accédant à la fonction de chef du parti fédéral. Son patron actuel, le chef péquiste Jean-François Lisée, n'avait non plus voulu écarter cette hypothèse, affirmant ne pas l'avoir encore « analysée ».

Martine Ouellet confirme qu'elle envisage maintenant, si elle devient candidate à la direction du Bloc québécois, de siéger comme députée indépendante à l'Assemblée nationale, ce qui lui permettrait d'avoir « une marge de manœuvre » durant la course au Bloc, tout en évitant au Parti québécois et à son chef actuel d'éventuelles critiques relativement au cumul de ces fonctions.

« Ça fait partie des alternatives », a confirmé la députée lors d'un bref entretien téléphonique lundi.

La députée indique par ailleurs avoir déjà sollicité le Commissaire à l'éthique et à la déontologie, qui rendra un avis sur la question « bientôt ». « A priori, il n'y a pas d'incompatibilité », affirme Mme Ouellet, faisant même valoir un précédent : en 1983 puis en 1984, Marcel Léger a exercé la fonction de député de LaFontaine à l'Assemblée nationale tout en agissant comme chef intérimaire du Parti nationaliste, sur la scène fédérale.

La députée explique vouloir conserver son siège à Québec notamment pour éviter la tenue d'une élection partielle coûteuse dans la circonscription de Vachon.

Le chef du Bloc pourrait être choisi le 22 avril

Le Bloc québécois (BQ) aura un nouveau chef au plus tard le 22 avril prochain. C'est du moins ce qui sera proposé aux délégués de la formation politique, qui se réuniront le 4 février prochain en Conseil général à Boucherville.

Dans la proposition préparée par le Bureau national, et dont Radio-Canada a obtenu les grandes lignes, il est question de mettre les bulletins de candidature à la disposition des candidats potentiels dès le 4 février. Ces derniers auraient jusqu'au 15 mars pour recueillir les signatures de 1000 membres, répartis dans 25 circonscriptions, et pour remettre au parti la somme de 15 000 dollars.

Si plus d'une personne se porte candidate et remplit l'ensemble des conditions posées au 15 mars, la course se mettra officiellement en branle le jour même et se poursuivra jusqu'au vote. Un débat sera alors organisé entre les candidats. Dans le cas contraire, si une seule personne présente sa candidate ou si une seule candidature remplit l'ensemble des conditions mises de l'avant par le parti, le nouveau chef du parti sera couronné dès le mois de mars.

La vice-présidente du parti, Kédina Fleury-Samson, explique que le Bureau national du Bloc québécois a retenu le scénario d'une « course rapide », tel que l'avait souhaité le chef intérimaire Rhéal Fortin.

« Il faut regarder l'ensemble du calendrier, de 2017 à 2019. Il y a différents événements qui se passent dans l'actualité et qui mobilisent l'espace politique », affirme Mme Fleury-Samson, en entrevue à Radio-Canada, citant notamment la tenue de courses à la direction dans d'autres partis fédéraux, les élections municipales à venir au Québec l'automne prochain, de même que les élections générales québécoises prévues le 1er octobre 2018.

Avant d'être officiellement mises en vigueur, ces règles devront toutefois être adoptées formellement par le Conseil général du 4 février, qui réunira quelque 250 membres de la formation politique.

Personne n'a encore confirmé sa candidature pour le poste. Jeudi dernier, la députée du Parti québécois, Martine Ouellet, a dit être « en réflexion » à ce sujet. Elle se donne la période des fêtes pour mûrir sa décision. À l'opposé, un certain nombre de candidats pressentis ont déjà indiqué ne pas avoir l'intention de briguer la direction du parti souverainiste. Le chef intérimaire Rhéal Fortin a confirmé la semaine dernière qu'il ne serait pas candidat, tout comme l'ancien chef Mario Beaulieu l'avait fait l'hiver dernier.

Lors de la dernière course à la direction de la formation politique, en 2014, Mario Beaulieu avait obtenu 53,5% des voix face à André Bellavance, qui était alors député fédéral de Richmond-Arthabaska. Confronté à de mauvais sondages, M. Beaulieu avait par la suite cédé sa place à Gilles Duceppe. Ce dernier avait effectué un bref retour sur la scène politique, et avait agi comme chef lors des élections générales fédérales d'octobre 2015.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ces députés sont d'anciens journalistes (2016)