NOUVELLES

Comment aider les itinérants quand les grands froids débarquent

09/12/2016 02:03 EST | Actualisé 10/12/2016 08:29 EST
RubberBall Productions via Getty Images
USA, Utah, Salt Lake City, Homeless man with sack sitting on sidewalk

Quand les grands froids s'amènent les plus touchés sont souvent ceux qui passent la journée à l'extérieur. À Montréal seulement, le dernier recensement des personnes sans domicile fixe, en 2015, constatait que plus de 3 000 personnes vivent dans la rue.

Comment faire pour leur venir en aide? Des intervenants en itinérance partagent leurs idées.

Offrir un sourire.

Vivre dans la rue mène souvent à une certaine isolation sociale. Un petit peu de contact humain, donc, peut réchauffer la journée de quelqu’un. «Si je ne peux pas aider autrement, si je n’ai pas de temps ou de monnaie, c’est important pour moi, au moins, de dire bonjour et de reconnaître la personne comme un être humain», dit David Chapman, directeur par intérim du centre de jour The Open Door, qui travaille avec des personnes démunies de l’Ouest de l’Île. «Les gens ne sont pas habitués à ça, fait-il valoir. Ils sont habitués à être dévisagés, à recevoir des contraventions, à se faire dire de se tasser. Si vous ne pouvez pas aider autrement, traitez-les avec un peu de dignité. »

«Dites-leur bonjour et bonne journée. Ça aide les gens à avoir de l’espoir.» – David Chapman, The Open Door

Donner— prudemment.

«Si je sais que je vais voir beaucoup de personnes dehors, j’amène des barres granola avec moi», ajoute David Chapman. «Si vous pouvez donner un café chaud ou un dollar à la personne, c’est bien, mais le meilleur cadeau à faire, ce serait de permettre à la personne d’aller au chaud. Si vous avez le temps, faites un peu de recherche dans votre quartier et faites imprimer des feuilles avec des listes d’endroits où ils peuvent aller.»

«C’est bien de donner de la nourriture, mais dans une certaine mesure, ça les encourage à rester à l’extérieur», explique Geneviève Kieffer Desprès, de l’Accueil Bonneau. «Si vous donnez quoi que ce soit, souligne-t-elle, ne donnez surtout pas des couvertures ou des sacs de couchage. Souvent, ce ne sera pas suffisant pour passer la nuit. Un faux sens de sécurité peut être très dangereux.»

accueil bonneau

Mettre la personne en contact avec des ressources

«Vous pouvez envoyer la personne vers l’Accueil Bonneau, la Maison du Père, la Mission Old Brewery ou la Mission Bon Accueil, poursuit Geneviève Kieffer Desprès. À Québec, il y a la Maison de Lauberivière, et à Sherbrooke, le Partage Saint-François. S’il fait très froid, le Toit Rouge ou la Mission St-Michael mettent en place des abris d’urgence. Donner [des vêtements chauds] directement à la personne, c’est bien, mais s’il vient dans un endroit comme le nôtre, on peut le mettre en contact avec des services d’aide à long terme.»

Ne pas hésiter à appeler les secours si nécessaire.

Si vous voyez une personne en danger, appelez le 911. «S’il y a une urgence médicale, si quelqu’un est inconscient ou ne respire pas, les secondes comptent», rappelle Stéphane Smith, porte-parole d’Urgences-Santé. Appelez-nous et restez avec la personne, si possible, le temps d’attendre l’arrivée des secours et d’expliquer ce qui se passe. La personne au téléphone va vous dire quoi faire en attendant.»

«Certaines personnes croient que si l’on appelle les secours pour un inconnu, on assume une responsabilité légale pour cette personne, mais ce n’est pas le cas», précise l’inspecteur Mohamed Bouhdid, du Service de police de la Ville de Montréal. «On est en mesure de forcer la personne à aller à l’hôpital, explique M. Bouhdid, et c’est notre responsabilité de le faire s’il y a danger pour la vie. Vous n’êtes pas responsable pour la personne. Comme témoin, on va peut-être vous poser quelques questions, mais ça s’arrête là.»

Si une personne ne semble pas être en danger immédiat, pensez à appeler un refuge à proximité. «On peut appeler et dire “J’ai trouvé telle personne, à telle station de métro, et je pense qu’elle a besoin d’aide”.» dit David Chapman. Ils pourront alors mettre l’individu en contact avec des ressources ou même aller le chercher, explique-t-il.

«Si la personne est un danger pour lui-même ou pour autrui, appelez la police» – Mohamed Bouhdid, SPVM

Soutenir les refuges locaux

Pensez à donner vos vêtements d’hiver usagés en bon état aux refuges locaux. «Tous les vêtements d’hiver qu’on distribue viennent des dons du public», dit Matthew Pearce, de la Mission Old Brewery. Ce dernier précise qu’il y a toujours des besoins en bas, en sous-vêtements propres, en gants, en foulards et en manteaux.

Marina Boulos-Winton, directrice de Chez Doris, un centre des femmes au centre-ville de Montréal, abonde dans le même sens. «Des produits d’hygiène féminine, des bas et des sous-vêtements propres ainsi que des sacs à dos seraient très utiles, indique-t-elle. Aussi, des cartes-cadeaux des cafés ou cinémas locaux. Ça peut sembler frivole, mais quand nous sommes fermés pour le temps des Fêtes, au moins les femmes qu’on aide peuvent passer quelques heures au chaud.»

Les dons en argent ou en nourriture sont aussi les bienvenus. «Comme on sert des centaines de repas par jour, nous sommes toujours à la recherche des dons en nourriture, surtout de la viande, raconte Éric Boulay, de la Maison de Lauberivière, à Québec. Si on nous donne de la dinde ou du boeuf haché congelé, on peut faire toutes sortes de choses avec ça.»

Prolonger votre engagement.

«Pendant le temps des Fêtes, on reçoit beaucoup d’appels provenant des gens qui veulent aider, et ça, c’est super, mais on travaille à l’année, explique Éric Boulay. On ne peut pas fonctionner sans bénévoles, et en juillet et août on en manque souvent. Il faut que ça continue au-delà des Fêtes.»

Certains centres cherchent surtout des bénévoles spécialisés. «Pour être bénévole aux heures de repas chez nous, il faut avoir l’habitude de travailler dans une grande cuisine», note Matthew Pearce, de la Mission Old Brewery. Mais pour d’autres, il suffit de vouloir aider son prochain.

«Nous sommes ouverts à longueur d’année, y compris dans les périodes où d’autres centres sont fermés, indique David Chapman de The Open Door. Passez nous voir et donnez-nous un coup de main, servez des repas ou aidez-nous à plier du linge. Vous aurez un contact humain avec des personnes itinérantes, vous aurez un sens de ce qu’ils vivent et de ce dont ils ont besoin. C’est un bon moyen de rencontrer des gens, de mieux connaître la problématique de l’itinérance et de devenir un voisin plus informé.»

Voir aussi: