NOUVELLES

Au moins 30 morts dans un double attentat de Boko Haram au Nigeria

09/12/2016 11:06 EST | Actualisé 09/12/2016 11:07 EST
Panacea_Doll via Getty Images
waving flag nigeria on a dark wall with a spotlight, illuminated

Au moins trente personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées dans un double attentat perpétré par deux femmes kamikazes dans un marché de Madagali (nord-est du Nigeria) vendredi matin, a annoncé l'armée nigériane.

"Au moins trente personnes ont été tuées dans des explosions perpétrées par deux femmes kamikazes dans un marché" très fréquenté de cette ville de l'Etat d'Adamawa, a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée, Badare Akintoye. "De nombreuses autres (personnes) ont été blessées", a-t-il ajouté.

"Les deux kamikazes se sont faites passer pour des clientes lorsqu'elles ont déclenché leurs ceintures explosives, l'une dans la section du marché où l'on vend de la nourriture, l'autre, près des étals de vêtements", a déclaré le représentant de la municipalité de Madagali, Yusuf Muhammad. Il a également fait état d'un nombre élevé de blessés.

Ce double attentat n'a pas été revendiqué dans l'immédiat mais le procédé utilisé est celui du groupe jihadiste nigérian Boko Haram, qui a souvent eu recours à des femmes et jeunes filles pour perpétrer des attaques contre la population.

"Les explosions ont été déclenchées successivement aux alentours de 09h30", explique à l'AFP un vendeur du marché, Habu Ahmad.

"Il y avait des cadavres et des personnes blessées partout, dans un bain de sang", rapporte ce témoin par téléphone.

Madagali - qui se trouve à l'entrée de la forêt de Sambisa, actuel fief de l'une des factions de Boko Haram - a souvent été la cible de ce groupe jihadiste. Cette ville de Madagali a été reprise par l'armée nigériane à Boko Haram en août 2014.

Le nord-est du Nigeria a connu une recrudescence des attaques ces dernières semaines, notamment à cause de la fin des saisons des pluies.

L'attentat particulièrement meurtrier perpétré ce vendredi est un nouveau coup dur pour le président nigérian Muhammadu Buhari, qui a affirmé mercredi lors du Sommet pour la sécurité de Dakar que la "situation (était) sous contrôle". "(L'armée) est désormais entrée dans la forêt de Sambisa et en ce qui concerne la présence de Boko Haram dans la région du Lac Tchad, je pense qu'ils sont +finis+", avait-il déclaré avec fierté.

Boko Haram, secte salafiste extrémiste transformée en mouvement jihadiste à la mort de son fondateur Mohammed Yusuf, a fait plus de 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria depuis 2009.

Voir aussi:


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter