NOUVELLES

On a trouvé de la poussière interstellaire sur les toits de Paris

08/12/2016 12:59 EST
Allan Baxter via Getty Images
Cityscape of North Paris and Montmarte

Dans le ciel de Paris, il n'y a pas que les tristement célèbres particules fines qui polluent la capitale. Il y en a également d'autres, bien plus rares et difficiles à détecter, qui viennent de l'espace. Pour la première fois, des chercheurs ont détecté des grains de poussière interstellaire sur les toits de Paris, Oslo et Berlin, rapporte le New Scientist.

Ces petites particules sont très anciennes et datent de la création du système solaire, il y a quelque 4,6 milliards d'années. Les scientifiques savent depuis des décennies que ces petits grains retombent régulièrement dans notre atmosphère. Mais jusqu'alors, ils n'avaient pas réussi à en trouver, sauf en Antarctique.

Pourquoi? Car il est difficile de faire le tri entre la poussière interstellaire et celle, plus classique, qui provient de la Terre. Pour réussir cet exploit, les chercheurs de l'Imperial College London ont "tamisé" quelque 300 kg de détritus qui pourrissent sur les toits de ces trois villes. Ils n'ont pas utilisé un tamis classique, mais des aimants pour attirer les particules métalliques. Ils ont ainsi découvert 500 grains venus de l'espace.

"L'avantage évident de cette nouvelle approche est qu'il est plus facile de trouver de la poussière stellaire si elle se trouve dans votre jardin", explique Matthew Genge, auteur de l'étude, au magazine américain. De plus, les grains trouvés sont trente fois plus gros que ceux que l'on peut observer en Antarctique. Même s'ils restent tout de même minuscule: 0,3 mm.

La poussière découverte sur les toits de Paris est tombée sur Terre il y a 6 ans, à quelque 12 km/s. Cela en fait les plus jeunes et les plus rapides de ces particules jamais trouvées ayant traversé l'atmosphère de la Terre.

Voir aussi:


Les formes de l'espace